"Les Confessions" de Rousseau - Livre IV Commentaire de Texte by Funambule

"Les Confessions" de Rousseau - Livre IV
Commentaire d'un extrait du livre IV des "Confessions" sur l'idylle des cerises, épisode présenté par le narrateur comme un grand moment de bonheur.
№ 6065 | 1,320 mots | 0 sources | 2008
Publié le mai 31, 2008 in Littérature
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Au début du livre IV, Rousseau évoque une journée d’été passée à la campagne, en juin 1730, aux environs d’Annecy, en compagnie de deux jeunes filles, Mlle Galley et Mlle de Graffenried, dans une atmosphère joyeuse. L’idylle des cerises est un épisode important des Confessions, parce qu’il évoque un rare moment de bonheur serein à peine fragilisé par un geste audacieux mais sans suite. La tonalité voluptueuse de la scène montre un adolescent partagé entre le besoin d’une chaste tendresse et le désir sensuel. La scène, telle que Rousseau la rapporte, semble suggérer que ce n’est pas pour lui la possession physique qui lui apporte la plus grande jouissance.

I- Le récit d’une idylle
1) Cadre et atmosphère
2) Un comportement naturel

II- L’expression d’une préférence
1) Manifestation de l’attrait pour Mlle Galley
2) Deux scènes parallèles

III- Les émois d’un adolescent
1) Premier élan du désir inaccompli
2) Deuxième élan du désir, accompli

Extrait du document:

L’idylle, très à la mode à l’époque de Rousseau, est un récit ou un poème en prose se déroulant dans un cadre champêtre évoquant un moment de bonheur et une aventure amoureuse où domine la tendresse, l’innocence et la chasteté. La scène évoquée se déroule effectivement en plein air : on peut relever les termes « dans le verger » (l.5), « sur l’arbre » (l.6) et « les branches » (l.8). Les cerises sont cueillies « après le dîner » (l.1), « pour le goûter » (l.3).
L’auteur s’attache à mettre en relief les sensations qu’il éprouve. En effet, tous ses sens sont en éveil : tout d’abord le goût, avec le « café » (l.2), « la crème et des gâteaux » (l.3) ; puis la vue, lorsqu’il parle de Mlle Galley : « avançant son tablier et reculant la tête » (l.8) ; « les yeux baissés » (l.24) ; « en me regardant d’un air qui n’était point irrité » (l.27-28) ; et enfin le toucher : Rousseau exprime un désir très fort « Que mes lèvres ne sont-elles des cerises ! » (l.12) qui se transforme en un toucher réel « baiser une seule fois la main de Mlle Galley » (l.21) et « se coller sur sa main » (l.26).
  • Commentaire de texte portant sur le mécanisme du souvenir dans deux extraits du quatrième livre des "Confessions" de Rousseau.
    № 6739 | 1,450 mots | 0 sources | 2008 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire de texte du préambule des "Confessions", qui permet à Rousseau de se définir lui-même, de mettre en évidence le caractère unique de son œuvre et d’insister sur le problème majeur de son projet : celui de la sincérité.
    № 6066 | 1,090 mots | 0 sources | 2006 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire du texte "L'Idylle des cerises", extrait "des Confessions" de Jean-Jacques Rousseau se demandant comment Rousseau fait de ce souvenir un véritable moment de bonheur.
    № 18599 | 2,650 mots | 0 sources | 2009 | détails
    8,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires