"Les Confessions" de Rousseau - Livre IV Commentaire de Texte by Funambule

"Les Confessions" de Rousseau - Livre IV
Commentaire de texte du préambule des "Confessions", qui permet à Rousseau de se définir lui-même, de mettre en évidence le caractère unique de son œuvre et d’insister sur le problème majeur de son projet : celui de la sincérité.
№ 6066 | 1,090 mots | 0 sources | 2006
Publié le mai 31, 2008 in Littérature , Philosophie
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

En juin 1762, l’Emile est condamné à Paris et à Genève par les autorités civiles et religieuses. Rousseau doit fuir vers la principauté de Neuchâtel. Il est bouleversé par ce qu’il considère comme une persécution, persuadé qu’il est incompris et qu’il doit se justifier, en particulier à la suite de la publication du pamphlet de Voltaire. Il décide donc de rédiger ses confessions pour permettre au lecteur de juger par lui-même.
Le Préambule des Confessions laisse deviner que l’œuvre ne sera pas le simple portrait d’un homme malheureux mais une véritable recherche de soi. Rousseau s’y présente comme un être exceptionnel qui dira tout de lui et qu’il faudra juger mais le projet est ambiguë puisqu’il se prétend singulier et pourtant semblable aux autres hommes, et son discours est dominé par une forte dramatisation.

I- La singularité revendiquée
1) Un être qui se veut singulier et exemplaire
2) Le paradoxe de la comparaison

II- L’ambiguïté du projet, ses difficultés
1) La volonté de sincérité
2) Les intentions et les obstacles

Extrait du document:

L’auteur est omniprésent dans ce préambule : en effet, on relève 24 fois le pronom « je », 3 fois « moi », 5 fois « me », et 8 fois l’emploi de l’adjectif possessif de la première personne. Rousseau exprime le désir de parler de lui : « je veux montrer […] un homme […] et cet homme, ce sera moi » (l.2-3). Il y a une absence d’humilité dans ce texte car le premier paragraphe commence par « je » et le second par « moi ».
Le mot « confession » possède une connotation religieuse ; cela signifie qu’on attend le pardon de Dieu. Rousseau a donc l’intention d’avouer ses fautes et de demander l’indulgence des lecteurs : il s’adresse ainsi à l’Humanité toute entière. Il veut donc obtenir le jugement des hommes et de Dieu. Il se préoccupe de ne parler que de lui.
  • Commentaire composé du texte "J'étais heureux" extrait des "Confessions", dans lequel l'auteur présente un épisode de sa vie complètement transfiguré : le temps, la logique et les goûts même de Rousseau sont abolis.
    № 5193 | 1,190 mots | 0 sources | 2008 | FR | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire du livre X intitulé "La quête de Dieu" issu de l'ouvrage « Les Confessions » de Saint-Augustin se demandant pourquoi les hommes connaîtraient la vérité de sa bouche, alors qu'ils leur suffiraient d'aller la connaître en Dieu.
    № 24040 | 1,390 mots | 0 sources | 2008 | FR | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire de texte philosophique visant à mettre en évidence à la fois la singularité et l'importance de la vertu de tempérance dans "La République" de Platon.
    № 5537 | 2,470 mots | 0 sources | 2007 | détails
    7,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires