« Les deux coqs », Jean de La Fontaine Commentaire de Texte by Charlotte

« Les deux coqs », Jean de La Fontaine
Commentaire de la fable « Les deux coqs », extraite du Livre VII des Fables de Jean La Fontaine se demandant en quoi cette fable dénonce l'attitude orgueilleux des courtisans.
№ 21740 | 1,585 mots | 0 sources | 2008
Publié le déc. 12, 2010 in Littérature
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La fable « Les deux Coqs » est extraite du livre VII des Fables de La Fontaine, recueil publié entre 1668 et 1693. Elle met en scène deux coqs qui se livrent combat pour une poule. Pendant que le vainqueur chante sa victoire, il se fait prendre par un vautour. Le coq vaincu retourne donc près de la poule et obtient les faveurs de toutes les autres poules. Cette fable est assez courte et elle livre une morale très limpide à travers une description de combat : mieux vaut rester humble, se vanter peut s'avérer compromettant voir dangereux. Comme beaucoup de fables de la fontaine, celle-ci met donc en scène des animaux. Cette fable tient son originalité du fait qu'ici la poésie se met au service de l'argumentation. Avec cette fable, La Fontaine dénonce les défauts des courtisans, qu'il compare à des coqs orgueilleux, tout en critiquant un trait de la nature humaine et en faisant de multiples références à l'Iliade d'Homère et donc à la guerre de Troie à l'aide d'un registre héroï-comique qui donne a la fable un aspect burlesque. Il s'est également beaucoup inspiré D'Esope, un fabuliste grec, qui a écrit « les deux coqs et l'aigle » ou la moralité était « Dieu se range contre les orgueilleux et donne la grâce aux humbles ».


1-L'organisation du récit et son caractère burlesque
2-La portée de la morale présente dans cette fable

Extrait du document:

Cette première analyse nous permet donc de dire que cette fable ressemble au premier abord aux modèles d'Esope, mais cependant certains indices ainsi que la majuscule utilisée pour définir les « Coqs », la « Poule» nous montre bien que La Fontaine veut, à travers des animaux humanisés, faire la caricature des vices humains. (L'arrogance, l'amertume, la violence des coqs…)

Commentaires