"Les Méditations Métaphysiques" de Descartes Commentaire de Texte by libellule

"Les Méditations Métaphysiques" de Descartes
Explication de texte sur la seconde "Méditation Métaphysique" de Descartes qui traite de la découverte du fameux Cogito.
№ 2652 | 1,920 mots | 0 sources | 2007
Publié le janv. 17, 2008 in Littérature , Philosophie
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Dans son œuvre les "Méditations Métaphysiques", le philosophe Descartes propose une méthode, le doute cartésien, pour trouver une vérité que personne ne pourra remettre en cause. En l'appliquant, il se retrouve face à cette vérité, auquelle il n'a jamais renoncé. Il peut alors énoncer clairement : "Je pense donc je suis". Cette vérité indubitable a été nommé Cogito.
Cette étude retrace le cheminement de pensée et les réflexions de l'auteur, pour en arriver à une telle certitude.

I. Le projet de Descartes et sa méthode pour l’atteindre

II. L’application de cette méthode et la réflexion de l’auteur

III. La conclusion finale de Descartes qu’il tiendra pour vérité première

Extrait du document:

Dans cet extrait de la seconde méditation des Méditations Métaphysiques, œuvre phare de Descartes, l’auteur se pose la question de savoir s’il existe une vérité certaine et dont personne ne pourrait douter. L’auteur admet qu’une telle vérité ne se dégage pas avec évidence, surtout que tout peut être remis en cause. Cela demande une réflexion approfondie, mais le philosophe croit en la possibilité d’atteindre cette certitude. Il cherche en effet, une méthode qui lui permettra d’aboutir à un principe ferme que personne ne pourra nier, et sur lequel il pourra bâtir toute une nouvelle conception de la philosophie.
Dans la première partie de cet extrait, l’auteur pose tout d’abord le problème de la vérité. Il s’emploie à trouver une vérité irréfutable, dont personne ne pourra douter, qui ne peut être remise en cause, et qui lui permettrait d’établir le fondement de sa réflexion. Il se compare d’ailleurs à Archimède, c’est-à-dire qu’il confronte le philosophe et le scientifique, qui sont tout deux à la recherche de la vérité, et qui pour cela veulent un principe, une base, sur laquelle construire tout un raisonnement logique.

Commentaires