"Les pensées" de Marc Aurèle, livre IX Commentaire de Texte by Marechal

"Les pensées" de Marc Aurèle, livre IX
Commentaire du livre IX de l'ouvrage " Pensées pour moi-même " de Marc Aurèle portant sur sa conception de la vie et du stoïcisme.
№ 31521 | 2,380 mots | 0 sources | 2015 | CI
Publié le sept. 29, 2015 in Philosophie , Sciences Politiques
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le passage du texte de Marc Aurèle se structure en cinq (05) mouvements. Le premier va, suivant la numérotation du texte, du 1-1 au 1-9, c'est- à- dire, « l'injustice est… une évidente impiété ». Le deuxième va du 1-10 au 3-5, c'est- à- dire, « je dis… ne sera plus mêlée ». Le troisième va du 3-6 au 27, c'est- à- dire, « cependant… il se tourmente ». Le quatrième va du 28 au 37-2, c'est- à- dire, « tels sont… plus rien ». Et enfin le cinquième du 37-3 au 42.

Le IIe siècle de notre ère est marqué par la domination de l'empire romain dans le monde. La richesse de cet empire aiguise la convoitise de certains peuples qui l'attaquent depuis l'extérieur. C'est dans un tel contexte que Marc Aurèle accède au trône. Alors que Rome est en plein apogée, il a à faire face à des menaces externes mais aussi internes dues aux diverses sectes et plus précisément une secte de juifs qui s'attaque à la religion de la cité romaine. Tous ces troubles amènent Marc Aurèle à réagir.

1. Les différentes formes de l'impiété
2. L'indifférence comme une attitude convenable face aux événements de la nature
3. L'absurdité qui s'installe dans l'existence quand on veut expliquer les choses par nous-mêmes
4. Le mouvement qu'occasionne la cause universelle
5. Selon le stoïcisme, il existe un déterminisme naturel inexorable

Extrait du document:

C'est l'intelligence universelle qui fait que tous devient, alors l'homme ne devrait pas s'alarmer encore moins s'inquiété. Ce que l'on remarque au dire de Marc Aurèle, il y a un mouvement qui se produit dans l'univers et chaque homme qui qu'il soit, est tenu de se soumettre à ce mouvement. Il doit en être ainsi pour que l'homme soit heureux. L'homme doit faire ce que « la nature réclame » de lui. C'est se méprendre que de penser agir par soi-même. Untel s'imagine agir en philosophe parce qu'il prend des initiatives, donne des directives, dirige. Il ignore tout simplement que « la cause universelle est un torrent, qui emporte tout » sur son passage.

Commentaires