Lettre de Salluste à César Commentaire de Texte by waneniz

Lettre de Salluste à César
Commentaire d'une lettre que Salluste écrit à César en lui expliquant les problèmes de la fin de la République Romaine et dans laquelle il lui soumet quelques solutions.
№ 2200 | 2,430 mots | 0 sources | 2007
Publié le déc. 16, 2007 in Histoire , Littérature
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

« La gloire que donnent les richesses, et la beauté est passagère et fragile ; le mérite, au contraire, est un bien éclatant et impérissable » . Cette citation représente bien le moralisme de l’auteur. Pour Salluste, le pouvoir de l'argent et l'avarice constituent les deux grands problèmes de la fin de la République. D'après lui, la solution réside dans l'avenèment d'une société méritocratique.

I- Le pouvoir de l’argent et l’avarice : les maux de la fin de la république romaine :
A- Le pouvoir de l’argent : levier du pouvoir politique :
B- L’avarice ou le mal de la fin de la république :

II- La volonté d’une société « méritocratique » :
A- La proposition juridique de Salluste :
B- La proposition politique de Salluste.

Extrait du document:

Salluste donna comme première raison de la décadence romaine, l’avaratia. L’avarice comprenait d’une part le désir d’obtenir de l’argent mais également le refus de le dépenser.
L’accès aux magistratures, en particulier pour les plus élevées que sont le consulat et la préture, donnait lieu à une intense compétition car ces dernières permettaient d’acquérir de la richesse. En effet la compétition était permanente pour l’obtention des pouvoirs.
Comme nous l’avons sous-entendu dans la partie précédente la nobilitas usait de tous les moyens pour parvenir à ses fins, à savoir détenir le pouvoir et donc la richesse.
Le gain des richesses constituait le seul objectif de la nobilitas.
Le consulat et la préture étant donc extrêmement convoitées, les campagnes électorales qui aboutissaient à la désignation de ces magistratures étaient donc imprégnées de corruption.
En effet, la richesse des candidats à la préture et au consulat avait une influence considérable sur le choix des électeurs.
Dans la lutte pour les magistratures, et leurs avantages, des cercles d’amis faisaient souvent des marchés pour arriver à leurs fins et éliminer leurs adversaires.
Salluste nous dit que « l’avarice est un monstre sauvage, intraitable […] où elle se montre, elle dévaste tout ». Pour lui, l’avarice est donc le mal de la société romaine à la fin de la République.
  • Commentaire de la lettre II issue de l'ouvrage « Le roman par lettres », de Musset dans laquelle l'auteur présente la description satirique et burlesque de la Cour ducale.
    № 23658 | 1,275 mots | 0 sources | 2011 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Dissertation retraçant les différentes histoires existantes sur Jules César et se demandant pourquoi ce personnage fascine autant.
    № 19906 | 1,260 mots | 0 sources | 2010 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire composé d'un extrait des Métamorphoses d'Ovide, XV, v.762-781. Comment, en s’appuyant sur des écrits antérieurs, Ovide condamne l’assassinat de César, et glorifie la gens Iulia...
    № 2288 | 1,690 mots | 0 sources | 2007 | détails
    6,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires