« Mademoiselle de Maupin », Théophile Gautier - La préface Commentaire de Texte by phinette

« Mademoiselle de Maupin », Théophile Gautier - La préface
Commentaire de la préface de l'ouvrage « Mademoiselle de Maupin », de Théophile Gautier se demandant si cette préface a pour seul but de répondre aux critiques de journalistes ou de se positionner sur la morale et l'art.
№ 29861 | 9,820 mots | 9 sources | 2012 | FR
Publié le juin 17, 2013 in Littérature , Arts , Histoire de l'Art
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le roman « Mademoiselle de Maupin » de Théophile Gautier, publié en 1835, est une œuvre qui a fait scandale. L'héroïne est une jeune fille noble qui a décidé de se déguiser en homme pour courir l'aventure. Certaines scènes érotiques, avec un homme, puis avec une femme, ont donné à Mademoiselle de Maupin un caractère assurément immoral pour l'époque. Mais le roman n'est pas le seul à témoigner du goût pour la provocation de Gautier, sa préface a fait également beaucoup parler d'elle. La préface de Mademoiselle de Maupin, que nous étudions, est une œuvre à part entière, certains la considère comme un manifeste littéraire à cause de ses idées sur ce que doit être l'art, la littérature et la critique littéraire, mais aussi sa flamme romantique qui l'anime. Néanmoins c'est surtout un texte inséré dans des querelles journalistiques, politiques, religieuses et sociales. Le caractère polémique de cette préface lui offre une place dans l'histoire du romantisme. Si Gautier donne les principaux arguments de la théorie de l'art pour l'art dans cette préface, il prend bien soin de ne pas citer cette formule, et n'en fait qu'un élément supplémentaire pour critiquer l'incompétence et l'insensibilité des critiques utilitaires. Gautier dresse aussi la typologie des critiques qui se réclament de la vertu, de l'utilité, du progrès et blâme leurs mobiles.

I. Une préface qui sert de tribune pour répondre aux journalistes
II. L'art et la morale

Extrait du document:

Pour le critique moral une œuvre doit proposer « une idée morale et religieuse (…) répondant aux besoins de l'humanité ». La littérature doit pour les critiques moralistes être aussi utile en faisant de la propagande morale. Mais Gautier pense que l'art n'influence pas sur les mœurs : « Les livres suivent les mœurs et les mœurs ne suivent pas les livres ». De plus, puisque pour lui l'époque est « immorale » ce n'est pas la littérature contemporaine qu'il faut blâmer, qui ne fait que refléter son monde.

Commentaires