Méditations Métaphysiques de Descartes Commentaire de Texte by Durtal

Méditations Métaphysiques de Descartes
Commentaire du paragraphe 9 de la première méditation : l’hypothèse du Dieu trompeur.
№ 496 | 1,450 mots | 1 source | 2007
Publié le juin 21, 2007 in Philosophie
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Descartes entreprend, dans la première méditation, de rechercher la vérité, « certaine et indubitable », grâce à son doute méthodique. Au fil des paragraphes, il révoque tout ce qui est susceptible d’être faux. Au paragraphe 9, le philosophe introduit une raison métaphysique de doute par l’hypothèse du Dieu trompeur : à l’origine d’un doute systématique, Dieu ne trompe que parfois l’homme, lui permettant ainsi d’accéder à la Vérité. Mais rapidement, il suppose l’inexistence de Dieu et son raisonnement le pousse au scepticisme.
Ce commentaire est mené de manière linéaire en suivant la démonstration de l'auteur, au fil des hypothèses successives.

Extrait du document:

Si effectivement l’homme n’a pas été créé par un Dieu tout-puissant supposé parfait, il existe trois thèses pouvant expliquer la genèse de l’humanité. Les deux premières sont d’une part le destin, le fatum latin souvent associé dans la mythologie et la tragédie à l’intercession des multiples dieux de la religion polythéiste gréco-latine, et d’autre part le hasard, donnée fictive qui de la même façon fait de la création de l’homme un événement tant inexplicable qu’incontrôlable, dissimulé sous le voile d’une cause extérieure inaccessible à l’entendement humain. Dans les deux cas, il s’agit de formes de superstitions, qui visent à trouver à l’inexpliqué une cause qui rejoint des domaines superstitieux, voire religieux : on est en présence de nouvelles formes de croyances. Or, intégrer ces thèses revient à apporter déjà une objection implicite à l’athéisme : une théorie incroyante se baserait donc sur des fondements relevant précisément de la croyance.

Commentaires