« Musiques et fêtes techno : l'exception franco-britannique des free parties », Laurent Tessier Commentaire de Texte

« Musiques et fêtes techno : l'exception franco-britannique des free parties », Laurent Tessier
Commentaire de l'enquête sociologique « Musiques et fêtes techno : l'exception franco-britannique des free parties », de Laurent Tessier s'interrogeant sur le phénomène des free parties et les différentes conséquences qu'elles engendrent.
№ 30495 | 6,720 mots | 0 sources | 2014 | FR
Publié le févr. 25, 2014 in Sociologie
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Laurent Tessier est docteur en sciences sociales et philosophie de la connaissance de l'université Paris IV-Sorbonne. Il a effectué une partie de sa thèse à Columbia University, profitant de ce temps passé à New York pour rencontrer, entre autres, différents groupes de vétérans du Vietnam et publier une monographie intitulée Vietnam. Un cinéma de l'apocalypse. Il est aujourd'hui maître de conférences et doyen de la faculté d'Éducation de l'Institut Catholique de Paris (ICP). Il y enseigne, ainsi qu'à la Sorbonne, la sociologie de la culture. Ses thèmes de recherche tournent autour des techniques, de la transmission et de l'émancipation, de la sociologie et philosophie de la culture et autour de l'épistémologie des sciences humaines et sociales. Dans son enquête sociologique « Musiques et fêtes techno : l'exception franco-britannique des free parties », Tessier considère les adeptes des Free Parties comme rationnels dans un contexte national précis. Il s'est appuyé sur des documents tels que des articles de presse spécialisée ou généraliste, des ouvrages historiques et spécialisés. Il a mené des entretiens approfondis de juin à septembre 2001 avec différents acteurs (organisateurs, participants, DJ's). Il s'est servi de l'observation directe ce qui lui a permis de mener des entretiens informels lorsqu'il se trouvait sur le terrain. Tout cela en collaboration avec deux doctorants.

I- Une marginalité choisie
II- Les nouvelles formes de l'individualisme
III- Les modalités de l'institutionnalisation des mouvements musicaux

Extrait du document:

A partir de 1995, la danse, qui est le versant commercial de la techno, se retrouve sur beaucoup de radios ou de chaines télévisées. Avec l'engouement du public, le milieu technophile va alors se diviser : d'un côté, des DJs qui étaient anonymes ou n'étaient connu qu'à travers le Sound System auquel ils appartenaient, laissent tomber cet anonymat au profit de signatures dans de grandes maisons de disques afin de connaitre le succès et la notoriété. Toutefois, il reste une partie des technophiles qui refusent cette médiatisation et cette institutionnalisation du mouvement : ils organisent alors des contre parades, des contre manifestations et des autres festivals.

Commentaires