"Parties des animaux" d'Aristote Commentaire de Texte by Rachel

"Parties des animaux" d'Aristote
Commentaire d'un extrait de ce traité d'histoire naturelle d'Aristote, qui débat sur les caractéristiques de la forme et de la matière, en tant qu'identifiant d'un objet ou d'un être.
№ 3850 | 1,450 mots | 0 sources | 2008
Publié le févr. 25, 2008 in Biologie , Philosophie , Sciences
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Pour «parler d’un lit ou d’un objet de ce genre, nous chercherions à déterminer sa forme plutôt que sa matière, car un lit, c’est telle chose dans telle matière, telle chose caractérisée de telle façon. Il faut donc parler de sa configuration. C'est-à-dire ce qu’est sa forme». (Parties des animaux, I, 1, l’explication en biologie : mécanisme et finalité, GF p.41)
Ces phrases précèdent et semblent introduire la thèse que défend ici Aristote.
L’auteur présente tout d’abord une théorie qui considère que c’est la matière qui donne lieu à la forme. Mais très vite l’auteur montre les limites de cette pensée et propose une autre façon de voir les choses : c’est en réalité la forme, au sens aristotélicien du terme, qui détient les plus importantes caractéristiques qui permettent d’identifier un être ou une chose.

Extrait du document:

Il nous faut établir en premier lieu ce qu’on entend par configuration et par forme. Le sens du terme configuration ici se rapprocherait plus du terme grec morphè, qui est souvent employé chez Aristote pour désigner l’aspect d’une chose, sa forme extérieure. La forme au sens supposé par le mot grec eidos, désigne plutôt ce qui constitue la vraie nature de la chose. Lorsque Aristote expose la thèse de Démocrite, il montre que celui-ci ne prend en considération que la configuration du corps : l’aspect extérieur du corps et sa couleur désignent automatiquement la chose comme ce qu’elle est. Par exemple si un objet possède l’aspect et la couleur d’une main, alors à première vue, c’est bien une main. Ce que Aristote qualifie de «simpliste» dans ce raisonnement est expliqué dans la suite du texte.
La configuration, soit l’extérieur, ou ce que l’œil voit quand il observe un corps vivant ou non, peut en effet renseigner l’observateur sur la nature de l’objet. Cependant, ce n’est pas cela qui va le renseigner véritablement.

Commentaires