"Pensées" de Blaise Pascal - fragment 122 Commentaire de Texte by Geoffroy77

"Pensées" de Blaise Pascal - fragment 122
Commentaire du fragment 122 des "Pensées" de Blaise Pascal qui incarne une sorte de croisée des chemins, à partir de laquelle l'écrivain va orienter de plus en plus sa réflexion sur des sujets théologiques et bibliques.
№ 19951 | 2,930 mots | 0 sources | 2010 | FR
Publié le sept. 16, 2010 in Littérature , Philosophie
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Texte étudié : fragment 122, de « Les principales forces des pyrrhoniens… » à « Ces deux propositions sont également fermes et certaines. », dans l'édition établie par Michel Le Guern (Folio/Gallimard).

Le fragment 122 des Pensées n'est pas seulement l'un des plus longs de l'œuvre de Pascal : il incarne aussi (et peut-être même surtout) un tournant dans la réflexion de l'écrivain. Jusque-là en effet, Pascal avait restreint son champ d'étude au comportement de l'homme au sein de la société, et il avait démontré que l'être humain n'était au fond qu'un être fondamentalement égaré (par ses sens, par son imagination propre, mais aussi par les opinions et les fantaisies qui, pour Pascal, mènent le monde extérieur dans lequel l'homme doit lutter pour sa subsistance).
La première partie du commentaire met en relief la vision que Pascal a du monde du rêve, synonyme pour lui de confusion inextricable entre songe et réalité. La deuxième partie aborde la critique (et la satire) faite par Pascal des philosophes pyrrhoniens et dogmatistes. La troisième et dernière partie du commentaire explique en détail la conception que Pascal se fait du péché originel - idée centrale de son œuvre.

Extrait du document:

Pour exprimer l'incompréhension dans laquelle l'homme le laisse, Pascal se contente finalement de poser le problème de l'inintelligibilité de l'homme sous formes de questions non résolues, et non sous forme d'affirmations nettement tranchées – d'où la prolifération dans son propos de questions (« Quelle chimère est-ce donc que l'homme ? », « Qui démêlera cet embrouillement ? ») et d'adverbes d'interrogation (« Quelle », « Qui », « Quel »). On notera au passage que cette inintelligibilité de l'homme présente pour Pascal quelque chose d'inquiétant et de déréglé (« Monstre », « Chaos »), l'écrivain émettant en outre un jugement assez péjoratif sur l'ensemble de la question.
  • Exposé illustré sur le lien entre le philosophe Pascal et l'abbaye de Port-Royal.
    № 11818 | 2,050 mots | 0 sources | 2009 | détails
    7,95 $US
    Ajouter au panier
  • Dissertation sur le sens et l'utilité des "Pensées" de Pascal, répondant à la question: "Jugez-vous, comme Etienne Périer, que les "Pensées" de Pascal, constituent « un amas confus, sans ordre, sans suite, et qui ne peuvent servir à rien »" ?
    № 20317 | 1,165 mots | 0 sources | 2010 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Dissertation sur "Les Pensées" de Pascal répondant à la question : "Jugez-vous comme Étienne Perier que Les Pensées constituent un «amas confus, sans ordre, sans suite, et qui ne peut servir à rien»?"
    № 22595 | 1,010 mots | 0 sources | 2011 | FR | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires