Séance de la flagellation, le 3 mars 1766 Commentaire de Texte by Foxy

Séance de la flagellation, le 3 mars 1766
Commentaire portant sur la séance de la flagellation datée du 3 mars 1766 se demandant en quoi cette séance de la flagellation réaffirme la haute autorité du Roi et casse les prétentions des Parlements.
№ 21389 | 1,470 mots | 0 sources | 2010
Publié le nov. 29, 2010 in Histoire , Sciences Politiques
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le règne de Louis XV est caractérisé par la forte opposition que lui font les Parlements. En effet, ceux-ci, dès le 16ème siècle, n'ont de cesse de s'opposer au Roi, en particulier pendant le règne de Louis XV aux édits fiscaux : ils entendent ainsi sauvegarder les privilèges fiscaux de l'aristocratie. Voulant mettre un terme à ces incessantes révoltes, Louis XV se sert de l'instrument politique de lit de justice, session parlementaire tenu en présence du Roi, et il tente ainsi de contrôler les actions du Parlement. Le plus célèbre des lits de justice se déroule le 3 mars 1766, à un moment fort agité des querelles entre le Roi et le Parlement. Il est aussi connu sous le nom de « Séance de la flagellation » en raison du ton sévère et autoritaire de Louis XV. Ce lit de justice fut écrit par un maître des requêtes, Calonne, fidèle serviteur du Roi et Gilbert de Voisin, conseiller d'état.

I. Les prétentions des Parlements
II. La réaffirmation de l'autorité royale

Extrait du document:

Tout d'abord, Louis XV commence par montrer que les Parlements ne sont définitivement pas un organe à part entière : ce n'est qu'un « corps imaginaire » (ligne 7). Ils ne sont que la justice déléguée du Roi, cela signifie qu'ils se doivent d'accomplir la justice au nom du Roi : « qu'elles n'exercent qu'en mon nom » (ligne 23), mais surtout c'est un pouvoir qu'il leur transmet, qui n'appartient à l'origine qu'à lui et dont il reste le seul propriétaire « demeure toujours en moi » (ligne 23).
  • Commentaire d'arrêt du 27 mars 2008 se demandant si dans une promesse unilatérale de vente, entraîne la rétractation de l'engagement de vendre du promettant durant le délai laissé au bénéficiaire pour lever l'option.
    № 26729 | 3,170 mots | 0 sources | 2011 | FR | détails
    10,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire d'arrêt de la Chambre criminelle de la Cour de cassation du 6 mars 2013 portant sur la contravention.
    № 30594 | 1,095 mots | 0 sources | 2014 | FR | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire comparé des arrêts du 27 Mars 2008 et du 25 Mars 2009 se demandant quelles sont les modalités et les conséquences de la mise en œuvre de la rétractation du promettant d'une promesse unilatérale de vente.
    № 21060 | 3,045 mots | 0 sources | 2010 | FR | détails
    8,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires