Suppliques à Clément VI Commentaire de Texte by aurely34

Suppliques à Clément VI
Commentaire de texte portant sur des demandes de grâce adressées au pape à propos d'un hôpital et de ses pauvres, et par ce biais, analysant la pauvreté ‎et la vision qu'en a l'Eglise au XIVe siècle.
№ 8343 | 1,750 mots | 3 sources | 2006
Publié le oct. 12, 2008 in Histoire , Religion
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le document étudié est un corpus d'extraits de suppliques, écrites aux alentours de 1344 pour la première et 1347 pour la seconde par Guilhem ‎Brugerie, recteur et gouverneur d'un hôpital des pauvres proche d'Avignon, à l'attention du ‎pape Clément VI. Ces deux extraits sont issus des registres des suppliques. ‎
Qu'est-ce réellement une supplique et en quoi celles-ci nous informent- elles sur le rôle ‎des hôpitaux des pauvres et sur ceux qui y sont accueillis ? ‎

Extrait du document:

Au XIIe et XIIIe siècle, naît la pratique qui consiste à présenter une supplique, requête ‎écrite par des solliciteurs, clercs mais parfois aussi laïques, pour obtenir des grâces du ‎souverain pontife : bénéfices, dispenses, règlements de litiges, grâces diverses.‎
A partir du XIVe, la forme des suppliques reçoit des règles strictes. Tout d'abord, pour ‎s'adresser au pape, nous pouvons voir que Guilhem Brugerie applique les règles de la ‎rédaction imposées, car il faut en effet employer la formule Beatissime pater « Votre ‎Sainteté » comme on peut le voir à la ligne 2 de la première supplique. De plus, le solliciteur ‎doit figurer à la troisième personne en tant que devotus orator comme il est fait aux lignes 9 et ‎‎10 de la seconde supplique « Il a entendu dire par des personnes dignes de foi ». Les ‎suppliques sont généralement rédigées selon un formulaire de chancellerie composé de deux ‎parties, la première, le corpus contient toutes les précisions relatives à l'identité du demandeur ‎‎« Guilhem Brugerie, recteur et gouverneur de l'hôpital des pauvres de Notre Dame du Pont ‎Fract d'Avignon » comme il est inscrit aux lignes 1 et 2 de la première supplique, ainsi que ‎l'exposé général des faits et se termine par l'expression de la requête correspondante.‎

Commentaires