« Voyage au bout de la nuit », Louis-Ferdinand Céline Commentaire de Texte

« Voyage au bout de la nuit », Louis-Ferdinand Céline
Commentaire d'un extrait de l'œuvre « Voyage au bout de la nuit », de Céline se demandant comment l'auteur réinvestit la thématique des enfers, comment la renouvelle-t-il, par quels moyens et à quelle fin.
№ 18171 | 1,410 mots | 1 source | 2006
Publié le juil. 26, 2010 in Littérature
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Louis-Ferdinand Céline écrit son Voyage au bout de la nuit en 1932 et construit ainsi son roman à partir de la thématique de la première Guerre Mondiale, du surréalisme à son apogée, mais aussi des sources plus anciennes, souvent antiques, qu'il connaît bien. Le texte ici choisi se fait la réécriture du thème de la descente aux enfers, traité en autre par Homère, Virgile, Dante ou encore Rabelais. Il s'inscrit ainsi dans une véritable tradition littéraire et imite ou transforme, voire rejette, les idées et procédés employés par ces prédécesseurs. Céline joue ainsi avec les mots, leurs sens, mais aussi leurs formes. Nous étudierons un passage de cette œuvre allant de "L'horloge au-dessus de la petite église" jusqu'à "comme pour gueuler encore et qui ne pouvaient plus ... ".

I/ Comment Céline tend à imiter ces prédécesseurs, et comment il s'en détache
II/ En quoi il transforme les valeurs littéraires et humaines au moyen de la parodie
III/ Comment l'auteur s'emploie à transformer les registres traditionnels comique et réaliste

Extrait du document:

Céline relate ici une évocation des morts, au sens premier du terme. Évoquer prend alors le sens de faire apparaître (quelque chose) par la magie. Ici, ce sont les morts qu'on appelle hors des enfers, hors du cimetière. Il s'agit même de les rappeler en sens que le narrateur se souvient d'eux. Le héros, comme Ulysse dans L'Odyssée, lorsqu'il descend aux enfers, retrouve ceux qu'il a rencontrés au cours de sa vie.

Commentaires