"Zadig" de Voltaire - chapitre XII Commentaire de Texte

"Zadig" de Voltaire - chapitre XII
Commentaire du chapitre XII de "Zadig" de Voltaire qui correspond à la scène du souper, scène au caractère polyphonique qui offre une réflexion philosophique sur la tolérance religieuse.
№ 6383 | 6,820 mots | 0 sources | 2008
Publié le juin 16, 2008 in Philosophie , Religion , Questions Sociales
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

En écrivant Zadig, publié en 1747, Voltaire s’inspire des contes des Mille et une Nuit. Il réinvestit sous une nouvelle forme littéraire argumentative, la rhétorique de l’exotisme, en choisissant pour cadre symbolique la cité de Babylone, où le héros éponyme est livré à de nombreuses mésaventures et donne ainsi une vision du monde où le poids du hasard détermine en grande partie la destinée. Voltaire en a fait un divertissement tout en interrogeant la question de la Providence et du Bonheur à travers le parcours de Zadig, dont le nom désigne «celui qui dit la vérité».
L'extrait étudié va de «Vous êtes vraiment de grands ignorants ...» jusqu'à «... il n’y a pas là de quoi se quereller».

I. La protase de la violence verbale

II. L’Acmé de la joute oratoire

III. La retombée de la violence verbale

Extrait du document:

Zadig est un jeune sage oriental de Babylone. Après des déboires sentimentaux, il se consacre à l’étude des sciences et gagne en sagesse. Il trouve alors sa place auprès du roi Moabdar, en tant que premier ministre, mais il est forcé de fuir pour échapper à la vengeance du roi jaloux qui lui reproche son amour pour la reine Astartée et se retrouve finalement esclave de Sétoc, riche marchand égyptien, alors qu’il est intervenu justement en faveur d’une femme battue par son mari. Son maître, Sétoc, se rendant compte de sa sagesse, devient son ami. Dans le chapitre 12, Zadig et Sétoc se rendent à la foire internationale du commerce de Balzora, où sont rassemblés des commerçants de nationalité et de religions différentes. Zadig soupe avec certains d’entre eux et assistent à une querelle religieuse très violente entre un Egyptien, un Indien, un Chaldéen, un Grec et un Celte : issus de contrées diverses, mais proches dans l’espace géographique. Ces convives se disputent pour convaincre autrui de la légitimité et de la suprématie de leurs croyances religieuses fondées sur l’ancienneté de leur nation, et par la même, ils incarnent une forme d’intolérance religieuse, (c'est-à-dire « l’infâme » selon Voltaire). Mais, le sage Zadig jusqu’alors spectateur du débat, finit par briser le silence et dans un discours argumentatif logique, parvient à réunir les convives autour d’une forme de déisme.
  • Commentaire d'un extrait du chapitre 12 de l'œuvre « Zadig ou la Destinée », de Voltaire se demandant en quoi le conflit fictif du début du texte permet à l'auteur d'exprimer ses idées sur la tolérance et la religion.
    № 20806 | 1,565 mots | 0 sources | 2010 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire portant sur le premier chapitre de "Candide" dans lequel Voltaire souligne l'illusion de la richesse et de la connaissance dans laquelle vivent les personnages.
    № 5983 | 1,640 mots | 0 sources | 2007 | détails
    6,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire de texte sur le chapitre 20, qui décrit ce qui se déroule en mer pour Candide et Martin, son compagnon de voyage, et présente leur discussion si caractéristique de l’esprit des Lumières.
    № 7306 | 1,300 mots | 0 sources | 2008 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires