1870-1871 : L'Année Terrible Dissertation by L

1870-1871 : L'Année Terrible
Dissertation se demandant si la thèse de Milza est justifiée ou au contraire cette thèse réduit la qualité de l'interprétation historique que l'on peut faire des deux évènements : la défaite militaire et la commune.
№ 21767 | 1,725 mots | 5 sources | 2010
Publié le déc. 15, 2010 in Histoire , Relations Internationales
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Les français qui ont fait la IIIème république se souviennent toujours de l'année, qui s'étend de septembre 1870 à juin 1871, comme de l' « Année terrible ». Selon Pierre Milza, deux évènements liés par la chronologie viennent tous deux jeter la lumière sur ce terme d' « Année terrible ». Ce sont deux traumatismes forts qui, par la suite, ont servi soit de référence soit de repoussoir : la guerre franco-prussienne et la Commune. La Défaite militaire c'est humiliation, l'occupation, les privations. C'est aussi l'aboutissement d'insuffisances diplomatiques et militaires qui sonne le glas du Second Empire. La Commune, c'est une guerre civile sanglante qui dure 72 jours, un évènement révolutionnaire plus tard glorifié mais aussi évoqué avec effroi. La répression (extrêmement dure) permet d'assoir la république de manière durable en y ralliant la bourgeoisie et élimine l'extrême gauche pour 15 ans. Pierre Milza englobe pour la première fois la Défaite et la Commune dans une même continuité qui formerait l' « année terrible ».

I. Les deux évènements participent à une même continuité qui forme L' « Année terrible »
II. Mais ce sont deux entités séparées qui répondent à des logiques différentes : deux mythes fondateurs distincts

Extrait du document:

Mais la Commune est aussi l'occasion d'une répression démesurée et cruelle qui élimine la gauche pour un temps mais fournit à l'Internationale un mythe fondateur. La contre-offensive est menée méthodiquement : le 22 mai la semaine sanglante débute. Une armée de 130 000 paysans qui n'apprécient guère les partageux investit la capitale. On fusille à tour de bras.
  • Commentaire du poème de Charles Baudelaire, extrait du "Spleen de Paris". Ce poème fait partie des nombreux textes dans lesquels l'auteur développe le thème de l’enfance, associé à celui de la pauvreté.
    № 1906 | 13,770 mots | 6 sources | 2006 | détails
    14,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire composé qui s'interroge sur les symboles qu'incarnent les deux grandes figures féminines de ce roman.
    № 10890 | 2,200 mots | 0 sources | 2009 | détails
    7,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire composé de ce poème qui fait l'éloge du livre et de ses nombreuses qualités faisant de la littérature un moyen sans pareil d’éclairer les peuples et de les sortir de l’ignorance.
    № 7891 | 1,280 mots | 0 sources | 2006 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires