Alger, ville méditerranéenne Dissertation by Maikattak

Alger, ville méditerranéenne
Dissertation qui traite des villes méditerranéennes comme étant des cités souvent portuaires, très cosmopolites, qui aiment, selon Fernand Braudel, « entretenir des rapports entre elles », et en particulier Alger.
№ 13417 | 2,195 mots | 6 sources | 2009
Publié le janv. 17, 2010 in Géographie , Histoire
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

« Alger, nous dit Albert Camus, s'ouvre sur la mer comme une bouche ou une blessure ». La ville décrite par Albert Camus, qui est aujourd'hui la capitale souvent tourmentée de l'Algérie, est tombée aux mains des troupes de Charles X, sans grandes difficultés, en 1830. Avec la politique de conquête systématique, la France assoit durablement sa présence en Algérie à la suite de la reddition d'Abd El-Kader, en 1847. La ville reçoit alors un flot d'immigrants, et sa population explose ; de 1830 à 1930 (30 000 - 265 000). Pour autant, Alger est une ville particulière ; terre de contrastes, elle est à la fois un lieu d'effervescence intellectuelle, culturelle et touristique, et à la fois une ville dans le domaine du cosmopolitisme qui tend à la ségrégation.

I - Alger, ville francisée ?

II - Quelle place pour Alger dans la Méditerranée ?

III - Alger : entre osmose, indifférences et conflits

Extrait du document:

Alger, dès les premiers temps de l'occupation française, reçoit un flot d'immigrants. Des quartiers comme Bâb El-Oued ou Belcourt (lieu de résidence du jeune Albert Camus) reçoivent les plus pauvres tandis que le sud de la ville accueille des bourgeois ; la ségrégation spatiale s'organise donc dès la colonisation, puisque les indigènes se réfugient dans la Casbah, la vielle ville d'Alger, qui devient un, véritable taudis.

Commentaires