Apports et limites du concept de pouvoir chez Michel Crozier Dissertation

Apports et limites du concept de pouvoir chez Michel Crozier
Dissertation portant sur la sociologie des organisations en s'appuyant sur l'impact de la publication du "phénomène bureaucratique" en 1963 de Michel Crozier. (pdf)
№ 30437 | 1,390 mots | 0 sources | 2013 | FR
Publié le févr. 09, 2014 in Sociologie
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Avec la publication du "phénomène bureaucratique" en 1963, Michel Crozier révolutionne en grande partie la sociologie des organisations. Une révolution qui aura apporté des avancées incontestables, par une nouvelle approche des structures organisationnelles et du jeu de ses acteurs. Mais qui recouvre aussi, en partie, ses propres limites.

1. Chez Michel Crozier et Erhard Friedberg, le pouvoir dans une organisation se retrouve
dans les zones d'incertitude...
2. En outre, les auteurs de L'acteur et le système ne croient pas à la prédominance de la
culture...
3. Néanmoins, dès l'époque de parution de L'acteur et le système et depuis lors, différentes
critiques sont venues nuancer les apports de l'analyse stratégique

Extrait du document:

Tout d'abord, une des premières critique qu'il est possible de soumettre concerne le manque de prise en compte de l'inégalité dans la distribution du pouvoir et des effets de domination, qui gouvernent aussi les interactions. Car il est évident qu'à l'intérieur d'une organisation, qu'elle soit une entreprise ou une administrations, la liberté des acteurs, leurs possibilité de se créer du choix et d'atteindre leurs finalités n'est pas absolue. Une organisation fonctionne aussi suivant un cadre hiérarchique qui impose, lui aussi, ses effets. Le pouvoir est donc inégalement réparti, dans un rapports de force inéquitable par nature mais loyal en apparence. Les marges de liberté que l'acteur peut et tente de s'octroyer sont donc également fonction du pouvoir intrinsèque qu'il lui est alloué.

Commentaires