Autrui et ses opinions Dissertation by embkirari

Autrui et ses opinions
Dissertation de philosophie qui pose la question de savoir si tolérer les opinions d'autrui est toujours un bien.
№ 1347 | 2,360 mots | 6 sources | 2007
Publié le sept. 23, 2007 in Philosophie , Sociologie , Théologie
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L'affaire Calas ébranle la société française. Accusé d'avoir tué son fils qui voulait se convertir au catholicisme, parce qu’il était protestant, Jean Calas est condamné à mort sans aucunes preuves concrètes. Doit-on vraiment tout tolérer ? Si notre société est marquée par l’intolérance, devons-nous vivre constamment dans un régime totalitaire, où les libertés individuelles sont continuellement bafouées ? En quoi la toléran-ce des opinions d’autrui peut-elle s’avérer être positive ?

I. La tolérance des opinions d’autrui s’avère être un point positif

II. Tolérer toutes les opinions. A quoi cela aboutirait-il ?

III. Face à une situation d’opinion intolérable, devons nous réagir ou plutôt constater sans rien faire ?

Extrait du document:

Le concept de tolérance fit son apparition dans la pensée occidentale au XVIIe siècle dans le Traité théologico-politique de Spinoza. Au sens étymologique, tolérance dérive du latin tolerare qui signifie supporter, résister à quelque chose. En s’appuyant sur l’étymologie, on pourrait donner à la tolérance une définition plus négative que positive. Toutefois dans notre civilisation, La tolérance exprime le degré d'acceptation d’un individu face à un élément contraire à une règle morale. Cependant, selon Voltaire, la tolérance est « l’apanage de l’humanité », pour l’Unesco, c’est « l’harmonie dans la différence ». Pourquoi tolérer les opinions d’autrui est un avantage évident pour tous ?
En effet, la tolérance des opinions d’autrui s’avère être un point positif dans la mesure où elle permet de développer les mentalités. Echanger des idées, discuter, y compris avec des personnes ayant des points de vue inacceptables, est l’unique moyen de modifier les esprits. La tolé-rance permet, ainsi non seulement, l’acceptation de l’autre, mais égale-ment l’ouverture de soit même et l’écoute réciproque de chacun. Car si moi je ne tolère pas l’opinion d’autrui, pourquoi lui, devrait-il tolérer la mienne ? De plus, cette évolution de mentalité s’avère positive, car elle permet aux plus jeunes, de pouvoir séparer entre autre ce qui est bien de ce qui ne l’est pas. Car, en effet, si on reprend l’exemple de Spinoza, philosophe du 17ème siècle, « l’ivrognerie est un mal. Pourtant, dans la mesure où on ne peut interdire les gens de boire sans mettre un policier dans chaque maison, on est bien forcé de tolérer l’ivrognerie. » Voir les conséquences d’une telle attitude amène à la réflexion les plus jeunes et donc à leur prise en compte pour un avenir prochain.

Commentaires