Célébration du monde ou autonomisation de la poésie ? Dissertation by Diez

Célébration du monde ou autonomisation de la poésie ?
Réflexion sur la poésie de Ronsard (célébration ou émancipation ?), et à la possibilité de voir en ce poète du XVIe siècle un précurseur de la poésie moderne.
№ 504 | 7,180 mots | 0 sources | 2006
Publié le juin 24, 2007 in Littérature , Histoire de l'Art
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Dans L’esthétique de Ronsard, André Gendre écrit : « La poésie ronsardienne célèbre le monde ; célébrant le monde, elle se dit elle-même dans une série de figures de l’acte créateur qui sont autant de commentaires esthétiques. Mais l’œuvre appartient au monde comme l’une de ses parties ; en se disant elle-même, elle célèbre encore et de nouveau le monde qui la voit naître. »

La démarche du raisonnement s'articule autour de ce tour de force qu'opère la poésie ronsardienne :

1 - la poésie célèbre le monde,
2 - la poésie fait du monde la glose du discours amoureux,
3 - dépasser la nature dans et par la poésie.

Extrait du document:

« Le domaine de l’art et celui de la nature sont parfaitement distincts. La nature et l’art sont deux choses, sans quoi l’une ou l’autre n’existerait pas. L’art, outre sa partie idéale, a une partie terrestre et positive. Quoiqu’il fasse, il est encadré entre la grammaire et la prosodie, entre Vaugelas et Richelet. Il a, pour ses créations les plus capricieuses, des formes, des moyens d’exécution, tout un matériel à remuer. Pour le génie, ce sont des instruments ; pour la médiocrité, des outils. » Ainsi s’exprime Victor Hugo dans sa préface de Cromwell : il y récuse les accusations de mystification dont on taxe le romantisme et, ce faisant, distingue une définition de l’art qui met en avant sa « consubstantielle duplicité », c'est-à-dire la cohabitation en lui de deux tensions apparemment contraires : une contrainte terrestre (par exemple, la versification dans la poésie) et une force du domaine de l’idée, de l’idéal. L’art est, pour Hugo, à cheval entre le ciel et la terre. Mais cette citation met également en évidence la difficulté de définir les rapports qu’entretiennent l’art et la nature - sujet de débat qui traverse l’histoire de la littérature - et questionne la place que l’art occupe dans le monde, sa dépendance ou son autonomie par rapport à lui. Au XVIe siècle, si la poésie n’est pas encore tiraillée par ces contradictions, son rapport à la nature est déjà problématique : sa façon de traiter le monde (restitution, sublimation ?) varie selon les mouvements (pétrarquisme, néo-platonisme…). La place que le poète s’assigne au sein du monde tient de la modalité d’énonciation et engage déjà un projet poétique.
  • Ce document présente une anthologie de la poésie amoureuse française du XVIème au XXème siècle, précédée d'une préface qui décrit le rôle du poète et de la poésie en général.
    № 396 | 2,300 mots | 0 sources | 2007 | détails
    7,95 $US
    Ajouter au panier
  • Dissertation littéraire visant à comprendre si la poésie nous éloigne de la réalité.
    № 14660 | 1,250 mots | 0 sources | 2010 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Dissertation se demandant si la poésie doit faire appel au rêve et à l'imaginaire ou au réel pour être la plus efficace.
    № 28715 | 1,050 mots | 0 sources | 2012 | FR | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires