Cohabitation et remise en cause de la République gaullienne Dissertation by docavolonté

Cohabitation et remise en cause de la République gaullienne
Dissertation de droit constitutionnel et de sciences politiques sur la cohabitation du point du vue de la Constitution de la Ve République et selon la vision du Général de Gaulle.
№ 21451 | 3,390 mots | 0 sources | 2010
Publié le nov. 30, 2010 in Droit , Sciences Politiques
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La cohabitation s'est produite trois fois. Ce n'est donc pas une situation politique à négliger. Il existe une opposition entre la vision de la Cohabitation selon la Constitution de 1958 et la vision du Général de Gaulle. En effet, la cohabitation, même s'il n'était pas à l'origine véritablement prévue, correspond particulièrement bien à la grille de lecture de la Constitution de 1958 dans la mesure où elle rétablit le Président dans son rôle d'arbitre. Mais la vision du Général de Gaulle héritière, quant à elle de 1962, s'oppose à ce phénomène politique qui apparait comme une ineptie car il s'agit de l'élaboration d'une dyarchie inégalitaire en faveur du Premier Ministre. De plus, elle a tendance à faire ressurgir un régime de partis.
Effectivement, la cohabitation n'est paradoxalement pas anticonstitutionnelle, elle respecte même plus qu'à l'accoutumée la vision constitutionnelle de 1958 (I) alors qu'elle n'est pas conforme à la vision politique de De Gaulle, héritière quant à elle de 1962 (II).

Extrait du document:

Conformément à la volonté constitutionnelle d'un régime plus présidentialiste, le Président dispose tout de même d'un pouvoir à ne pas sous estimer. Il n'est pas un figurant même si il a en quelque sorte les mains liées par le Premier Ministre. Il dispose effectivement d'un « domaine réservé » selon les termes utilisés par l'ancien premier J. Chaban-Delmas. Ainsi, en matière de défense et de diplomatie, la primauté présidentielle reste notamment marquée dans la maîtrise des relations internationales et dans la définition de la politique extérieure. Le Président est toujours le véritable chef de la délégation française. J. Chirac préférera parler de « domaine privilégié ». Sa définition de la cohabitation en tant que Président est « d'incarner et de garantir les institutions et de prendre des initiatives pour encourager, voire décider des réformes importantes.

Commentaires