Comment Victor Hugo affirme-t-il que «la Convention est peut-être le point culminant de l'histoire» ? Dissertation by antoineH

Comment Victor Hugo affirme-t-il que «la Convention est peut-être le point culminant de l'histoire» ?
Dissertation qui expose les arguments sue lesquels s'appuie Hugo pour affirmer ce caractère exceptionnel de la Convention en s'appuyant sur son ouvrage polémique "Quatrevingt-treize".
№ 11625 | 3,530 mots | 10 sources | 2009
Publié le juin 17, 2009 in Histoire , Littérature , Sciences Politiques
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

À sa sortie en 1874, Quatrevingt-treize a suscité une vive polémique, les divergences d'opinion foisonnaient. Françoise Brin établit une approche lucide de la situation : « A.Achard y voit « une apologie de la Commune », Barbey d'Aurevilly écrit : « je n'ai découvert dans ce livre qu'un royaliste de plus ». (…). Mais l'un comme l'autre passent à coté du vrai projet d'Hugo ».
La Convention est une période de l'Histoire qui s'étend de septembre 1792 à octobre 1795.
Les idées pérennes des grands hommes et l'existence d'une société égalitaire contribuent à valoriser le travail de la Convention toutefois, derrière cette façade se cache une ambivalence relevée par Victor Hugo.

I. Le jusqu'au-boutisme des acteurs politiques de la Convention

II. Le messianisme politique : lutte pour l'égalité et abolition du royalisme en dépit des conflits

III. De la «démocratie autoritaire»

Extrait du document:

Les grands hommes vivaient pour la politique, une vocation qui les incitait à tout mettre en œuvre pour diffuser ou instituer des idées.
Tandis que les Indulgents de Danton s'insurgeaient, en janvier 1794, contre la persécution des religieux et la Terreur, les Exagérés (dont les ultras) entamèrent, en février 1794, une contre-offensive en réclamant le durcissement de la Terreur. De plus, la journée insurrectionnelle préparée par les Cordeliers (dont Hébert, Ronsin, Vincent) leur valurent la guillotine. L'extermination des Indulgents s'ensuivit, Danton, Camille Desmoulins et d'autres furent guillotinés le 5 avril 1794. Par ailleurs, Enragés et surtout Jacobins entre autres ont pris également part au débat d'idée perpétuel. Selon Hugo «la grandeur (idéelle) de la Convention fut de chercher la quantité de réel qui est dans ce que les hommes appellent l'impossible». D'autre part, la parole des hommes créa de nouveaux mots (La Marseillaise), de nouvelles idées («idée révolutionnaire» immanente et consistante) dans une société où l'oralité était une arme de taille. «Ainsi une voix dans la montagne suffit pour déclencher l'avalanche». Ces changements extrêmes de structure de la société «ne seraient pas arrivés, si l'on n'avait pas parlé».
  • Lecture analytique de l'ouvrage « Notre-Dame de Paris », de Victor Hugo analysant le rapport entre la beauté et la fatalité.
    № 16545 | 1,620 mots | 0 sources | 2009 | détails
    6,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire composé d'un extrait de la tirade de "Don Salluste" de Victor Hugo (vers 1-22) dans laquelle la description est omniprésente et s'applique à Don Salluste qui est la résultante de nombreux aspects de l'Homme.
    № 24513 | 1,220 mots | 1 source | 2011 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Dissertation littéraire se basant sur la citation "Le théâtre n'est pas le pays du réel" de Victor Hugo, et expliquant que le genre littéraire théâtral est basé à la fois sur le réel et l'irréel.
    № 15045 | 1,500 mots | 1 source | 2010 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires