Comparaison Henry et Varela Dissertation by vivi75

Comparaison Henry et Varela
Dissertation rapprochant la conception unitaire de Varela à la phénoménologie immanentiste de Henry.
№ 25390 | 4,545 mots | 0 sources | 2011 | FR
Publié le juil. 23, 2011 in Philosophie
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

A une époque où la vérité scientifique impose sa souveraineté et semble effectivement, aux yeux du monde, la seule légitime, du fait de son objectivité, les sciences n'accordent certes pas à la philosophie, jadis proclamée « reine des sciences », le statut revendiqué par certains penseurs contemporains tels que Michel Henry. Ce dernier, favorisant une vérité dite « subjective » en ce qu'elle est dévoilée par des expériences culturelles, c'est-à-dire rapportée aux diverses formes d'art, à l'éthique et à la religion, mènera une lutte contre le mouvement cognitiviste qui règne aujourd'hui et qui prétend réduire la pensée à de simples facteurs physico-chimiques qui mettent à défaut la notion de « sujet », et rendre compte de la Vie, pourtant intuitivement subjective. A une époque où la vérité scientifique impose sa souveraineté et semble effectivement, aux yeux du monde, la seule légitime, du fait de son objectivité, les sciences n'accordent certes pas à la philosophie, jadis proclamée « reine des sciences », le statut revendiqué par certains penseurs contemporains tels que Michel Henry. Ce dernier, favorisant une vérité dite « subjective » en ce qu'elle est dévoilée par des expériences culturelles, c'est-à-dire rapportée aux diverses formes d'art, à l'éthique et à la religion, mènera une lutte contre le mouvement cognitiviste qui règne aujourd'hui et qui prétend réduire la pensée à de simples facteurs physico-chimiques qui mettent à défaut la notion de « sujet », et rendre compte de la Vie, pourtant intuitivement subjective.

1. Michel Henry, dans « La Vie » accorde une importance fondamentale au caractère invisible de ce qu'il nomme la vie
2. Dans « L'inscription corporelle de l'esprit », Varela va penser l'esprit au-delà de toute notion de sujet, telle que l'histoire de la philosophie nous la transmet

Extrait du document:

La désignation d'un objet serait en fait la cause de son attribution à une existence propre. Que l'on puisse, virtuellement rendre compte d'un objet dont nous avons antérieurement fait l'expérience permet effectivement de l'appréhender comme un être en-soi, indépendant de la perception qu'on ait pu avoir lorsque nous en faisions l'expérience, et, par l'apparition de cette notion d'entité, dans la capacité à rappeler telle entité virtuellement, par la mémoire, lors d'un discours, et en se distinguant de celle-ci parce qu'elle est inerte, sujette aux lois physiques, naît la conscience d'un moi « illusoire ». Comme nous le disions à l'instant, selon Varela, il ne faut point admettre une existence propre à un objet, indépendamment de notre perception.

Commentaires