Danceny dans "Les Liaisons Dangereuses" de Laclos Dissertation

Danceny dans "Les Liaisons Dangereuses" de Laclos
Dissertation sur l'importance du personnage de Danceny dans l'oeuvre "Les Liaisons Dangereuses" de Choderlos de Laclos. (pdf)
№ 26642 | 1,235 mots | 0 sources | 2011 | FR
Publié le oct. 24, 2011 in Cinéma , Littérature , Littérature Etrangère
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

En 1782, Pierre Choderlos de Laclos rédige une oeuvre dans laquelle de nombreux
personnages féminins agissent. Ces derniers occupent une place prépondérante et par la
même occasion éclipsent le peu de figures masculines présentes. Malgré le rôle essentiel
que joue le vicomte de Valmont, Les Liaisons Dangereuses nous offre une deuxième
présence mâle principale : il s'agit du chevalier Danceny. Ce roman épistolaire donne à voir
une autre vision de l'homme, que celle proposée par l'acolyte de la marquise de Merteuil. Il
demeure alors intéressant de se demander en quoi le chevalier Danceny est un personnage
capital dans l'intrigue.

1. Le rôle moral du chevalier Danceny dans cette fiction
2. La victime qu'il a été des libertins

Extrait du document:

Le jeune Danceny paraît aux premiers abords un homme bien sous tous rapports. En
effet, on peut observer la sensibilité que celui-ci détient. Manipulant les arts, le chevalier
donne l'image d'un être passionné. Au début de l'action, il est engagé comme maître à
chanter pour Cécile de Volanges, d'où naîtra leur relation. Cette dernière fait l'éloge de ses
multiples talents, dans la lettre 7, « il chante comme un ange, compose de très jolis airs
dont il fait aussi les paroles. ». Mais, ce personnage n'est pas seulement musicien, il
apparaît comme aussi un poète. Le style très lyrique de ses lettres en est la preuve.
L'exaltation très forte de ses sentiments donne un côté très poétique dans ses écrits. La lettre
148 adressée à la marquise de Merteuil en est le parfait exemple, « Ô vous que j'aime ! Ô
toi que j'adore ! Ô vous qui avez commencé mon bonheur ! Ô toi qui l'a comblé ! ».

Commentaires