Des taux d'intérêt bas sont-ils une condition de la croissance économique ? Dissertation by Pierhoni

Des taux d'intérêt bas sont-ils une condition de la croissance économique ?
Dissertation se demandant dans quelle mesure il est possible d'affirmer que les taux d'intérêt faibles ne sont pas les seuls déterminants de la croissance économique.
№ 28512 | 2,670 mots | 0 sources | 2011 | FR
Publié le juin 20, 2012 in Économie
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La banque centrale américaine (la FED) a exercée une politique de taux d'intérêt bas, afin de lutter contre la crise économique, en 2010. Le taux d'intérêt est le prix du capital, il est mesuré par le rapport entre la rémunération supplémentaire versée par l'emprunteur (l'intérêt) et le montant du capital emprunté. Celui-ci est exprimé comme un pourcentage du capital emprunté. Il peut être de deux formes soit nominal ou réel. Le taux d'intérêt nominal est celui qui est inscrit dans le contrat qui lie emprunteur et prêteur, alors que le taux d'intérêt réel est celui qui va tenir compte de l'inflation, c'est-à-dire qu'il correspond au taux d'intérêt nominal, auquel on va retirer l'inflation (approximativement). La croissance économique correspond à une augmentation soutenue sur une longue période de la production de biens et de services dans un pays.

I- Des taux d'intérêts bas peuvent contribuer à la croissance économique
II-Des taux d'intérêts faibles ne suffisent pas à assurer la croissance économique

Extrait du document:

Tout d'abord, des taux d'intérêts faibles sont une condition favorable à la croissance économique en facilitant la consommation des ménages ainsi que l'investissement des entreprises. Selon, l'Institut national de la statistique et des études économiques (l'INSEE), une hausse des taux d'intérêt d'un point s'exprime par une baisse de la consommation des ménages. En effet, un an après une hausse d'un point du taux d'intérêt nominal, la consommation des ménages en Italie est diminuée de 0,3 %, deux ans après, de 0,4 % et trois ans après de 0,5 %.

Commentaires