Désirer et vouloir Dissertation

Désirer et vouloir
Dissertation portant sur la dichotomie établie entre la faculté de vouloir et l'aptitude à désirer : l'individu, est partagé entre la spontanéité de désirs effrénés, et les délibérations raisonnables de sa volonté.
№ 8124 | 4,165 mots | 0 sources | 2008
Publié le sept. 23, 2008 in Littérature , Philosophie
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Dès lors, prétendre que vouloir et désirer sont deux choses radicalement différentes, cela ne revient-il pas à dire que la volonté n'a aucun effet sur les désirs de l'homme ? N'est-ce pas alors abandonner ce dernier à la «tyrannie» de désirs indomptables ?
Il faut au contraire se demander s'il n'est pas possible de dépasser cette opposition peut-être quelque peu naïve, en montrant comment désirer et vouloir sont deux états pouvant se conditionner réciproquement, à tel point qu'ils sont parfois indissolublement mêlés.

Extrait du document:

Lorsque l'on s'interroge sur la signification du verbe «désirer», on est tenté spontanément de l'assimiler au verbe «vouloir». En effet, il semble au premier abord que ces deux notions renvoient l'une comme l'autre à un état intentionnel de l'agent qui cherche à atteindre une fin déterminée. A ce titre, le verbe désirer comme le verbe vouloir impliquent nécessairement un objet auquel ils se rapportent : je veux me reposer, je désire aller me promener. Ces deux notions semblent donc se superposer et s'employer indifféremment, ce que confirme la définition que le dictionnaire Le petit Robert (édition 2006) donne du verbe vouloir : «Avoir une volonté, une intention, un désir».
Néanmoins, une telle assimilation ne va pas de soi. Le simple fait qu'il existe deux verbes distincts, désirer et vouloir, laisse entendre qu'il doit exister une nuance, une distinction entre ces deux notions. Certes, ces deux verbes semblent avoir en commun d'impliquer un but, une finalité que se propose d'atteindre l'individu. Mais à y regarder de plus près, il n'est pas certain que l'objet du désir et celui de la volonté puissent s'analyser en des termes comparables. En effet, le fait de vouloir quelque chose s'appuie toujours sur des motifs clairement identifiés et rationnels. Ainsi par exemple, je peux vouloir faire des mathématiques de manière intensive, et si l'on m'en demande la raison, je répondrai sans hésitation que cela m'est nécessaire pour pouvoir atteindre l'activité professionnelle que je me propose : ingénieur...

Commentaires