Divertissement, conformisme et non-conformisme aux Etats-Unis des années 20 aux années 60 Dissertation by Bergotte

Divertissement, conformisme et non-conformisme aux Etats-Unis des années 20 aux années 60
Dissertation qui s'intéresse aux conséquences du divertissement de masse aux Etats-Unis.
№ 13840 | 1,805 mots | 0 sources | 2007
Publié le févr. 28, 2010 in Anthropologie , Histoire , Sociologie
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le divertissement se généralise aux Etats-Unis grâce à plusieurs facteurs, d'ordre social, économique et culturel. Très vite, les Etats-Unis deviennent les champions du divertissement de masse. En tant que société capitaliste, la culture elle-même est considérée comme un divertissement et se popularise. En effet, rendu possible par le loisir, c'est-à-dire par l'aménagement d'un temps consacré à autre chose qu'au travail, et par la massification de la consommation, le divertissement est un objet économique et industriel au même titre que le pétrole ou l'automobile. Il renvoie au temps libre, à l'évasion, à l'amusement (en anglais, Entertainment). Ainsi, cette généralisation du divertissement semble correspondre à un certain conformisme. Il faut entendre par là l'ensemble des représentations et des pratiques communément admises par une société, en accord avec ses valeurs, ses traditions, sa pensée morale. Le terme se teinte souvent de connotations négatives ou péjoratives en ce qu'il renvoie à une forme de facilité : pour s'éviter l'effort de la réflexion, une majorité de personnes peut avoir recours à des schémas de pensée préétablis, conforme à ce qui doit être. La société des deux après-guerre, à la fois période de prospérité économique et d'augmentation de la classe moyenne, paraît être le lieu du divertissement généralisé et du conformisme ambiant.
La question est alors de savoir si le développement du divertissement aux Etats-Unis des années 1920 aux années 1960 n'irait pas de pair avec le conformisme dont la société est empreinte.
Il convient donc de s'interroger sur les origines de cette société du divertissement et sur les rapports qu'elle entretient avec le conformisme, et enfin de savoir si le non-conformisme engage à d'autres types de divertissements. Le divertissement n'est-il pas lui-même créateur de conformisme ?

I- Le développement du divertissement de masse coïncide avec le conformisme
II- Pourtant le conformisme est loin d'être exempt de contestations
III- Pourtant il faut constater que les formes de divertissements au départ non-conformes se généralisent et s'imposent à leur tour

Extrait du document:

Les films à messages ou à caractère social n'intéressent plus beaucoup, ce qui montre que la plupart de la population se repose sur ses convictions et ne s'interroge guère. Pourtant, les fabriques de rêves s'essoufflent : par exemple, les jeux télévisés sont truqués et tout le monde l'apprend en 1958. Les femmes, à qui les séries télévisées (qui sont légion) renvoient l'image mythique de la Mom, mère de famille installée, reine du foyer, commencent à exprimer plus ouvertement leur contestation de ce conformisme.

Commentaires