Doit-on craindre la domination illimitée de la rationalité scientifique ? Dissertation by hikari

Doit-on craindre la domination illimitée de la rationalité scientifique ?
Dissertation de philosophie qui montre que puisque la rationalité scientifique n’est pas universelle, sa domination sans limites reviendrait à nier l’existence humaine : elle doit donc être un moyen et non une fin.
№ 4191 | 1,580 mots | 0 sources | 2006
Publié le mars 09, 2008 in Philosophie
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Avec l’avènement de la modernité, l’homme s’est découvert une croyance absolue incarnée par la science. Pourtant cette science, qui semblait de prime abord subvenir aux besoins de l’homme, est devenue peu à peu contraignante. A force de vouloir tout savoir, l’homme perd peu à peu son intuition et devient une machine à penser.
Ainsi, s’il est vrai qu’il faut chasser l’irrationalité et refuser tout ce qui paraît être en dehors de la réalité, il faudrait donc accepter pleinement la rationalité scientifique.
Or, l’époque moderne met au grand jour les dérives de la science. L’homme doit-il se garder de tout soumettre à la rationalité scientifique ? Croire à la domination de la rationalité scientifique reviendrait-il à croire à la domination de la vérité ?

Extrait du document:

La rationalité scientifique a pour ambition de connaître le monde, la nature avec certitude : d’après Hegel, le but de la science est d’arraisonner la nature, c’est une volonté de savoir. En effet, dans ses "Principes", Descartes présente la philosophie comme un arbre dont les racines sont la métaphysique, le tronc, la physique et les fruits, les sciences, telles que la médecine, la morale et la technique.
Ainsi, la rationalité scientifique, dans ce cadre, peut se comprendre comme l’unité d’une méthode avec des principes s’enchaînant à travers les mathématiques. La méthode est donc la clé du savoir. Il y a corrélation entre unité de la science et de la méthode. La rationalité scientifique, comprise comme méthode, permet de se rapporter au monde. Il faudrait étendre la domination de la rationalité scientifique et non la craindre afin que la nature nous révèle tous ses secrets.

Commentaires