Doit-on privilégier l'offre ou la demande ? Dissertation by K1000T

Doit-on privilégier l'offre ou la demande ?
Dissertation d'économie répondant au sujet : la baisse du coût du travail et la recherche d'une plus grande flexibilité dans le travail permettent-elles de réduire le chômage ?
№ 1618 | 1,300 mots | 0 sources | 2007
Publié le oct. 31, 2007 in Économie
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La baisse des coûts du travail (salaire et charges sociales) est le principal objectif permettant d'améliorer la compétitivité des entreprises, face à une concurrence nationale de plus en plus vive. La flexibilité du travail, qui correspond à la capacité de l'entreprise à adapter ses effectifs qualitativement et quantitativement aux variations de l'environnement et surtout de l'activité, poursuit le même but.


I. D'après les économistes libéraux, la baisse du coût du travail et la recherche d'une plus grande flexibilité du travail permettent de lutter contre le chômage.

1) Les effets positifs de la baisse du coût du travail
2) Les effets de la flexibilité


II. Les économistes keynésiens doutent de l'efficacité de ce type de mesure et dans la pratique tout dépend des causes du chômage dans un secteur précis, ou, à un moment donné.

1) Les effets pervers de la baisse du coût du travail et de la flexibilité
2) Le chômage doit être traité en fonction de ses causes

Extrait du document:

D'après les libéraux, le chômage est une marchandise comme les autres qui s'échange sur le marché du travail. Il provient d'une offre de travail, émanant des salariés, supérieure à la demande de travail des employeurs. La baisse du coût du travail permet à la fois de réduire l'offre car un certains nombre de personnes n'accepteront pas de travailler pour un salaire plus faible (chômage volontaire) et d'augmenter la demande. Certaines entreprises trouveront qu'il devient intéressant d'embaucher car les salariés embauchés rapporteront davantage qu'ils ne coûtent augmentant ainsi les profits de l'entreprise. Ainsi, l'offre et la demande de travail s'ajustent jusqu'au retour à une situation de plein emploi. Dans la pratique, les pays comme la GB et les Etats-Unis pour lesquels le marché du travail est moins réglementé n'hésitent pas à réduire les salaires en cas de situation de chômage. Les statistiques du chômage semblent leur donner raison puisqu'on observe que le taux de chômage (selon les critères du BIT) y est plus faible d'environ trois points. En France, la réglementation du travail et en particulier le SMIC rend difficile la baisse des salaires pour les entreprises.

Commentaires