Droits, intérêts et privilèges Dissertation by lujdo

Droits, intérêts et privilèges
Dissertation de philosophie qui pose la question de savoir si le fait de défendre les droits, les intérêts et les privilèges de l'individu, ne se rapporte pas juridiquement à la création d'un «état social».
№ 5954 | 1,875 mots | 0 sources | 2008
Publié le mai 27, 2008 in Droit , Philosophie , Questions Sociales
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Qu'elles soient de natures philosophiques, politiques ou morales, certaines pensées basent leurs réflexions sur les notions de «légitimité» et de «légalité». Celles-ci sont fondées sur la reconnaissance d'un état conflictuel entre les hommes. Nul besoin, en effet, de spéculer sur la permission ou la proscription dès lors que l'on se trouve dans un état de paix général et de respect mutuel. Au sein d'une opposition entre les tenants du «droit naturel» et ceux du «droit positif», sont abordées de manière polémique les notions de «droit», «d'intérêt», de «privilège». Ces dernières sont analysées à tous les niveaux : étatique, collectif, individuel.

I. Identification formelle du droit, de l'intérêt et du privilège

II. Une distinction de fond

Extrait du document:

Rousseau problématisera nouvellement ces questions par rapport aux concepts de justice, d'intérêt, d'utilité (Cf. Du contrat social). Ces concepts seront, antérieurement à cette œuvre, éclairés selon deux périodes distinctes (Cf. Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes) : celle d'un état dit «de nature» et celle de l'état «social». La thèse de Rousseau est que loin d'être l'instauration d'une paix harmonieuse entre les individus, la société pervertit plutôt une nature originellement «bonne» de l'humain. La puissance hiérarchique créée n'infléchit pas le rapport de force (débutant dans le «troisième état de nature»), selon l'auteur. Ce serait plutôt l'inverse : l'ordre civil contractualisé (d'abord faussement) serait intensificateur de conflits. La nécessité pour chacun de se défendre face aux menaces extérieures (l'autre) conduirait donc à constituer un état social nécessaire. Doit-on, dès lors, identifier la défense des droits, des intérêts et des privilèges dans et par la constitution d'un État de droit positif ?

Commentaires