Durkheim : le crime et le suicide Dissertation

Durkheim : le crime et le suicide
Dissertation se demandant en quoi, selon Durkheim, le suicide et le crime constituent un fait social.
№ 27925 | 2,455 mots | 0 sources | 2012 | FR
Publié le févr. 15, 2012 in Littérature , Sociologie , Questions Sociales
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Selon Durkheim, la méthode de la sociologie doit correspondre à celle de la physique, c'est-à-dire qu'il se doit d'analyser les faits, et d'en chercher les causes. Ainsi, le fait social se définit comme une contrainte exercée sur l'individu, qui l'oblige à agir selon le contexte dans lequel il vit. La société ne s'exprime pas comme l'addition de plusieurs individus, mais ce sont plutôt les comportements de ces derniers qui s'expliquent par la société, grâce à des liens complexes qui se créent entre les hommes. Étudier des faits sociaux s'appuie donc sur l'extériorité et la coercition qu'ils exercent. À travers l'analyse du crime et du suicide, le sociologue crée un rapprochement entre ces actes et la définition du fait social.

I. La définition du fait social pour Durkheim
II. Le Crime
III. Le suicide

Extrait du document:

Émile Durkheim étudie les caractéristiques du crime, en s'appuyant sur des variables statistiques, afin de montrer que cet acte est un fait social et normal. Ainsi, cette norme se traduit à travers l'apparition du crime dans toutes les sociétés de tous les types, même si il peut changer de forme. Cela le fait ainsi apparaître comme étroitement lié à toute forme de vie collective. Selon sa conclusion, le crime est non seulement un phénomène inévitable, mais aussi un « facteur de la santé publique ». Quelles raisons tendent à affirmer le crime comme « fait normal » selon Durkheim ?

Commentaires