Empirisme et science de la nature au XVIIe siècle Dissertation

Empirisme et science de la nature au XVIIe siècle
Dissertation s'interrogeant sur les traits particuliers de l'empirisme britannique, et particulièrement sur ses dualités prononcées. (pdf)
№ 26487 | 6,325 mots | 4 sources | 2011 | FR
Publié le oct. 03, 2011 in Philosophie , Sciences Politiques
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La mécanique était la science fondamentale du temps de Locke ; les conceptions dérivées de cette branche de la science de la nature ont dominé la pensée philosophique de cette époque. La mécanique a pris cet essor parce que les problèmes les plus importants de la société bourgeoise étaient liés aux conditions du transport, à l'exploitation et la métallurgie de l'eau et le génie militaire. Les caractéristiques essentielles de l'activité socio-économique ont mis à jour les problèmes techniques et technologiques avant les investigateurs scientifiques du capitalisme naissant.

I. L'empirisme classique et la mécanique
II. Les limites de la connaissance humaine
III. Superficialité de l'apparence et réalité de la matière
IV. Comment la pensée de la bourgeoisie perçoit la réalité objective ?

Extrait du document:

Ce type de relation domine non seulement les calculs économiques du système
capitaliste mais également les activités intellectuelles de ses représentants philosophiques. Le
monde dans son ensemble est conçu en termes semblables selon des quantités abstraites. Tout
comme les objets de l'existence sociale acquièrent la réalité sur le marché uniquement par leur
qualité de valeur abstraite exprimée en montants définis, de même les objets de la nature
semblent former leur réalité seulement dans leurs propriétés purement mécaniques exprimées
par des grandeurs définies en formules mathématiques.

Commentaires