En quoi "Le Guépard" constitue-t-il un roman pessimiste ? Dissertation by gheremys

En quoi "Le Guépard" constitue-t-il un roman pessimiste ?
Dissertation traitant de l'oeuvre de Giuseppe Tomasi Di Lampedusa "Le Guépard", chronique de la vie sicilienne.
№ 6810 | 1,330 mots | 0 sources | 2008
Publié le juin 27, 2008 in Littérature
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Giuseppe Tomasi Di Lampedusa, auteur italien du XXe siècle, doit sa renommée à la rédaction de son unique œuvre : Le Guépard. Mais il rédige également quelques essais sur la littérature : Byron, Stendhal, ou encore Shakespeare. Il écrit Le Guépard durant deux années : 1955 et 1956. D’abord rejeté par les deux plus grands éditeurs italiens, il ne sera publié que de manière posthume et obtiendra le prix Strega en 1959. Ce roman constitue une chronique de la vie sicilienne qui s’étend sur un demi siècle : de 1860 à 1910 et qui décrit le déclin de l’aristocratie, avec le débarquement de Garibaldi et l’annexion de la Sicile. Au sein de ce roman, le côté pessimiste initial mis en place.
Mais en quoi Le Guépard est-il un roman pessimiste ?
Cette étude montre tout d’abord que ce roman est indéniablement pessimiste mais cependant, ce pessimisme est nuancé.

Extrait du document:

Giuseppe Tomasi Di Lampedusa, auteur italien du XXe siècle, doit sa renommée à la rédaction de son unique œuvre : Le Guépard. Mais il rédige également quelques essais sur la littérature : Byron, Stendhal, ou encore Shakespeare. Il écrit Le Guépard durant deux années : 1955 et 1956. D’abord rejeté par les deux plus grands éditeurs italiens, il ne sera publié que de manière posthume et obtiendra le prix Strega en 1959. Ce roman constitue une chronique de la vie sicilienne qui s’étend sur un demi siècle : de 1860 à 1910 et qui décrit le déclin de l’aristocratie, avec le débarquement de Garibaldi et l’annexion de la Sicile. Au sein de ce roman, on peut voir le côté pessimiste initial mis en place. Mais en quoi Le Guépard est-il un roman pessimiste ? Dans une première partie, nous verrons tout d’abord que ce roman est indéniablement pessimiste et ensuite, dans une seconde partie, nous nous rendrons compte que ce pessimisme est cependant nuancé.

Commentaires