Etat, communauté internationale et protection des populations civiles Dissertation by ProfMarie

Etat, communauté internationale et protection des populations civiles
Dissertation de droit international concernant le recours à la force et la question de la protection des populations civiles en Lybie et en Syrie.
№ 29635 | 2,785 mots | 0 sources | 2013 | FR
Publié le mai 05, 2013 in Géographie , Relations Internationales , Droit
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

« Le droit à la souveraineté des États est actuellement redéfini [...]. En même temps, la souveraineté de la personne [...] a été renforcée par une prise de conscience accrue des droits de l'homme. » a déclaré Kofi Annan, le secrétaire général des Nations-Unies en 1999. Ainsi, à l'heure actuelle, avec l'augmentation du nombre de conflits, notamment en Afrique (Syrie, Lybie, Mali), la communauté internationale, que nous définirons comme l'ensemble des Etats influents en matière de politique internationale, s'interroge sur la façon de concilier protection des populations civiles – en vue du respect des droits de l'homme – ainsi que respect de la souveraineté étatique, élément éminemment caractéristique de la qualité d'état.

1. Le principe de non-ingérence de la communauté internationale dans les affaires étatiques
2. L'émergence controversée d'un « droit » d'ingérence dans le cas de la protection des populations civiles

Extrait du document:

L'émergence du principe d'interdiction de recours à la force est liée à pas moins de 400 ans de droit international fondé sur la souveraineté étatique. En effet, ce principe énoncé pour la première fois en 1648 dans le traité de Westphalie, traité ayant servi de base à de nombreuses règles de droit international consacrant notammentle non-recours à la force et l'égalité juridique des Etats entre eux. Si ce traité de Westphalie consacre le principe de souveraineté des Etats, le cheminement consacrant le principe de non recours à la force fut long.
En effet, au Moyen-Âge, les Etats disposaient d'un droit souverain de recourir à la guerre, mais seulement pour réparer un tort personnel, c'est-à-dire si la cause juste. Avec cette acceptation de la notion de guerre juste, les conflits concernaient de multiples Etats car les Etats tiers étaient obligés de défendre l'Etat dont la cause était juste et qui bénéficiait donc d'un régime favorable.

Commentaires