Faut-il parler de la science ou des sciences ? Dissertation by celine1926

Faut-il parler de la science ou des sciences ?
Dissertation qui analyse si la science, au singulier, en tant que méthode, cohérence ou organisation logique, sert de modèle aux sciences, au pluriel.
№ 8225 | 2,120 mots | 0 sources | 2008
Publié le sept. 28, 2008 in Philosophie , Sciences
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le XIXème siècle voit le développement des sciences de l'homme, par rapport au siècle précédent qui s'intéressait aux sciences de la nature ; le regard ainsi tourné de la nature à l'homme, transforme le sujet en objet.
Il semblerait donc que l'on puisse parler des sciences en tant qu'une science serait l'étude d'un objet. Cependant, on prend l'habitude de parler de la science par rapport à la technique, par exemple. Dans ce cas il faudrait parler de la science en tant qu'un ensemble de connaissances.

1. Il faudrait parler des sciences si une science est l'étude d'un objet

2. Il faut parler de la science au singulier puisqu'elle forme un tout regroupant des connaissances dans des domaines multiples

3. On ne peut parler que de la science au singulier puisque la science correspond à une méthode logique, en tant que modèle, que système et que pouvoir

Extrait du document:

Une science étudie un objet d'observation. Est objet tout ce qui est exclu du sujet et qui peut s'observer d'un point de vue extérieur. Par observation, il ne faut pas comprendre contemplation ou vision; l'observation à la différence de la contemplation suppose un regard instruit, cultivé et même critique puisqu'une observation ne se fait pas au hasard mais dans le cadre d'une expérience dans un laboratoire. Par exemple, je peux contempler la beauté d'un caillou mais il ne sera pas un objet de science; il le sera si j'en observe ses qualités, en tant que critères d'observation. Une observation suppose un ordre, une régularité puisque j'observe en comparaison d'autres choses, de normes établies avant l'observation.
Dans le Nouvel esprit scientifique, Bachelard pose la question de l'observation: «Une observation scientifique est une observation polémique».

Commentaires