Faut-il réduire le déficit budgétaire ? Dissertation

Faut-il réduire le déficit budgétaire ?
Dissertation qui cherche à savoir si la réduction ou pas du déficit budgétaire permet de relancer l'activité économique.
№ 23114 | 2,760 mots | 0 sources | 2011
Publié le mars 12, 2011 in Économie
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

« Les dépenses d'aujourd'hui sont les impôts de demain ». Pour reprendre cette célèbre citation de David Ricardo (1772-1823), cet économiste explique que le financement par la dette du déficit budgétaire n'affecte en rien le niveau de la demande, tout étant une question "d'impôt aujourd'hui" ou "d'impôt demain". En d'autres termes, les agents anticipent parfaitement les impôts futurs directement liés à l'augmentation de la dette. De ce fait, il n'y a pas de différence entre l'emprunt d'aujourd'hui (associé aux futurs impôts qui le financeront) et les impôts de demain. Par opposition, Keynes considère qu'en période de récession la dépense publique peut s'avérer favorable à la croissance. Dans les premiers modèles keynésiens, on considère qu'une réduction des prélèvements fiscaux accroît le revenu disponible et exerce un effet multiplicateur sur l'activité économique par la relance de la consommation. Une réduction permanente des impôts peut au contraire exercer un impact favorable par le biais d'une relance de la consommation. Doit-on maintenir ou diminuer le déficit budgétaire ?
Comme nous venons de le voir, le déficit budgétaire peut jouer différents rôles. Même si pour les libéraux, la réduction du déficit budgétaire est une nécessité (I), on peut néanmoins noter qu'un déficit budgétaire maitrisé peut relancer l'économie (II).

Extrait du document:

La politique budgétaire constitue, avec la politique monétaire, l'un des principaux leviers de la politique économique de l'État. Elle consiste à utiliser certains instruments budgétaires (dépenses publiques, endettement public, prélèvements fiscaux) pour influer sur la conjoncture économique. Jusqu'à la crise des années 1930, la gestion des finances publiques a eu pour principal objectif d'assurer le financement des services publics. Le volume des dépenses de l'État n'était alors pas considéré comme une variable susceptible d'influencer le niveau d'activité de l'économie. L'analyse de l'économiste britannique John Maynard Keynes a modifié cette conception en soulignant l'impact de la politique budgétaire sur le niveau d'activité économique d'un pays.

Commentaires