Faut-il se méfier du concept de nature humaine ? Dissertation by dodie

Faut-il se méfier du concept de nature humaine ?
Dissertation qui analyse ce qu'il y a de particulièrement difficile et d'éventuellement dangereux dans la construction et l'usage du concept de nature humaine.
№ 8245 | 1,075 mots | 0 sources | 2008
Publié le sept. 28, 2008 in Philosophie
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Depuis Aristote, la nature d'un genre d'êtres vivants, d'une espèce biologique est définie comme un principe de développement spontané de propriétés spécifiques innées et universelles. Les propriétés considérées comme naturelles sont donc nécessairement universelles (communes à tous les membres de l'espèce) et innées (leur réalisation nécessite aucune intervention extérieure, aucun apprentissage, aucune éducation).

1. Le concept de nature d'un genre d'êtres vivants, d'une espèce biologique

2. Les difficultés propres à la conceptualisation de l'homme

3. Les concepts de nature humaine qui peuvent être dangereux car générateurs de conflits inter-culturels

4. Est-il possible de faire l'économie de toute conceptualisation de la nature humaine ?

Extrait du document:

Si nous appliquons cette double exigence d'innéité et d'universalité à l'analyse des propriétés (faculté aptitudes) des êtres humains, nous constatons : Qu'il existe des propriétés communes à tous (l'aptitude à la bipédie, à l'intelligence abstraite, à l'inventivité technique, à la sociabilité, à la conscience morale, au sens esthétique, au sens du sacré…). Que les hommes qui manifestent des aptitudes vivent dans des sociétés régies par des cultures. Que l'acculturation précoce et longue est une condition nécessaire du développement de ces aptitudes spécifiquement humaines. Sans elle, sans l'éducation qui provoque la confrontation de l'intériorisation des règles et des valeurs culturelles, ces aptitudes ne se développent pas, comme le monte l'exemple des enfants dits « sauvages ».

Commentaires