Faut-il travailler pour être heureux ? Dissertation by annouille

Faut-il travailler pour être heureux ?
Dissertation visant à déterminer si à travers le travail, l'homme peut atteindre et satisfaire son propre bonheur.
№ 17214 | 3,550 mots | 8 sources | 2009
Publié le juin 23, 2010 in Économie , Philosophie , Sociologie
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Travailler pour être heureux ? se demandaient en 2003 Baudelot et Gollac. Aujourd'hui, la question est toujours d'actualité et semble loin d'être résolue. Déjà Marx sans sa définition du travail soulignait le fait que cette activité n'était pas forcément synonyme de bonheur. Pour lui, le travail, activité générique et consciente de l'homme, visant à transformer son environnement physique, est ambivalent : il engendre la création, car des biens et services sont transformés en d'autres biens et services, mais aussi la souffrance. C'est ainsi qu'il parle de l'aliénation du travail (point déjà visible dans la philosophie de Hegel). Aujourd'hui nous entendons beaucoup parler de la crise du travail : celui-ci serait générateur de maladies, de risques, de dépressions, voire de suicides, comme dans l'entreprise France Telecom. Les souffrances au travail se seraient accrues considérablement.


I. Du fordisme au toyotisme
II. Le travail en crise
III. Le travail, protection contre la désaffiliation ?

Extrait du document:

La mise en place de chaîne de montage par Ford a encore aidé à diminuer la porosité du travail. Pour les travailleurs, le travail est toujours le même, la journée se compose de la répétition du même geste pendant des heures. Le travail est donc une routine. D'ailleurs cette notion de routine dans le travail amène les travailleurs à se « retirer » de leur travail, à ne pas s'impliquer complètement. La routine donc ne rend pas les travailleurs heureux.

Commentaires