Flaubert et Sand sur la création littéraire Dissertation

Flaubert et Sand sur la création littéraire
Dissertation basées sur deux affirmations de Flaubert et Sand se demandant si le romancier doit ou non laisser transparaitre ses idées à travers son œuvre.
№ 29158 | 2,220 mots | 0 sources | 2012 | FR
Publié le déc. 25, 2012 in Littérature
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Sujet :
A Gustave Flaubert, qui, dans une lettre de décembre 1866, affirmait: "J'éprouve une répulsion invincible à mettre sur le papier quelque chose de mon cœur. Je trouve même qu'un romancier n'a pas le droit d'exprimer son opinion sur quoi que ce soit", George Sand répond: "Ne rien mettre de son cœur dans ce qu'on écrit ?(...) Moi, il me semble qu'on ne peut pas y mettre autre chose. Est-ce qu'on peut séparer son esprit de son cœur, est-ce quelque chose de différent ? Est-ce que la sensation même peut se limiter, est-ce que l'être peut se scinder ? Enfin, ne pas se donner tout entier dans son œuvre me paraît aussi impossible que de pleurer avec autre chose que ses yeux et de penser avec autre chose que son cerveau."

Souvent, le romancier nous délivre en concevant son roman, plus ou moins intentionnellement, une vision du monde, la sienne. La création romanesque implique de façon quasi-systématique la transmission d'idées, plus ou moins discrètement enrobées dans une forme et une intrigue. Mais cette réalité ne concorde pas toujours avec le projet du romancier, ni avec les attentes de certains lecteurs. En effet, la grande variété des conceptions que l'on peut avoir du roman, et de la littérature en général, font que certaines tendances préfèrent que le romancier taise ses émotions et ses opinions. Il est donc question ici de savoir si le romancier doit ou non laisser transparaitre ses idées à travers son œuvre. Mais avant tout, en a-t-il la latitude ?

1. Si Flaubert affirme « Eprouv[er] une répulsion invincible à mettre sur le papier quelque chose de [son] cœur »...
2. ...Sand, elle, voit dans ce point de vue un certain angélisme : « on ne peut pas y mettre autre chose »

Extrait du document:

Ensuite, un romancier qui expose ses opinions ou ses sentiments ne sabote pas forcément son roman. En effet, il est possible de concilier réussite esthétique et engagement politique, social ou idéologique. C'est le cas de Victor Hugo avec Le Dernier Jour d'un condamné, véritable réussite, et engagé, dénonçant la peine de mort. Ce côté légitime est d'autant plus fort lorsqu'il s'agit de défendre des valeurs ou des idées nobles : on ressent chez Zola, bien qu'il ne l'affirme pas ouvertement dans ses romans, une volonté de corriger la société, une dénonciation des conditions de vie difficiles de la classe ouvrière qui apparait dans L'Assommoir ou Germinal. Il peut donc être légitime de faire du roman un vecteur pour promouvoir le bien. Cela est d'autant plus vrai lorsque le roman arrive à allier engagement, intrigue intéressante, et réussite formelle.
  • Dissertation de littérature qui analyse les différentes formes de passion tragique dans l'ouvrage de Gustave Flaubert à travers la présentation des personnages du roman.
    № 12969 | 2,950 mots | 4 sources | 2009 | détails
    8,95 $US
    Ajouter au panier
  • Travail Personnel Encadré portant sur la définition et la distinction entre esprit littéraire et scientifique et son application dans le milieu scolaire.
    № 7647 | 4,515 mots | 9 sources | 2008 | détails
    11,95 $US
    Ajouter au panier
  • Dissertation qui se propose d'analyser l'ouvrage de George Sand d'après la citation de Béatrice Didier : Mauprat «apparaît plus comme un roman de formation que comme un roman noir».
    № 11846 | 2,400 mots | 0 sources | 2006 | détails
    7,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires