« Gaspard de la nuit », d'après David Scott Dissertation by MelT

« Gaspard de la nuit », d'après David Scott
Dissertation qui tourne autour d'une affirmation de David Scott se demandant comment Aloysius Bertrand a réussi à créer de la poésie en revisitant les conventions du poème versifié. (PDF)
№ 30659 | 2,840 mots | 0 sources | 2013 | FR
Publié le mai 28, 2014 in Littérature , Philosophie , Arts
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Dans un article consacré aux poètes du XIXe siècle, d'Aloysius Bertrand à Rimbaud, pour qui le « rapprochement entre la peinture et la littérature [fut] d'une importance capitale pour le renouvellement de la poésie », David Scott écrit :« ce que les poètes en prose du XIXe siècle cherchaient dans la prose esthétique était une libération non pas, comme on l'a souvent et à tort supposé, des conventions de la versification (conventions qui allaient, au contraire, reparaître, souvent fragmentées mais toujours efficaces, dans la poésie en prose), mais des structures d'un langage essentiellement logique et discursif. » Gaspard de la Nuit, devenu célèbre bien après sa première parution, fut le fruit d'un travail de toute une vie. Si Aloysius Bertrand travailla à ce point sur cette œuvre, ce fut certainement pour en faire un objet exceptionnel. Inscrit dans le mouvement romantique en quête d'un sens, il s'employa à créer ce nouveau genre tant recherché qui ne ressemblerait à aucun autre, qui ne pourrait être comparé aux plus grands auteurs.

1- Il n'existe pas de libération dans les conventions de la poésie versifiée
2- Le point de vue de David Scott sur le langage
3- Les réels enjeux du recueil « Gaspard de la nuit »

Extrait du document:

L'œuvre d'Aloysius Bertrand, comme nous le savons, fut l'objet d'une profonde réflexion qui jusqu'à sa mort n'était, selon lui, toujours pas aboutie. C'est pour cela que l'emploi de la prose, c'est-à-dire la forme du discours écrit ou oral, qui n'est soumise à aucune des règles de la versification, n'est aucunement un parti pris anodin. Bertrand écrivit ceci à l'égard de Walter Scott (poète et écrivain) : « il n'est aucun lecteur qui ne connaisse Ivanhoë, qui n'en ai admiré les formes heureuses jusqu'à la perfection.

Commentaires