Gilles Vigneault et Jean-Pierre Ferland Dissertation by jeanchristophe

Gilles Vigneault et Jean-Pierre Ferland
Dissertation qui analyse comment Gilles Vigneault et Jean-Pierre Ferland dévoilent leurs héros à travers leurs chansons.
№ 8202 | 915 mots | 0 sources | 2007
Publié le sept. 25, 2008 in Histoire , Musique
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Gilles Vigneault et Jean-Pierre Ferland sont deux hommes qui font partie des plus grands dramaturges au niveau de la littérature québécoise du 20e siècle. Parmi leurs œuvres, ils ont chacun rédigé une chanson mettant en vedette deux hommes forts : Jos Monferrant et Louis Cyr. Ces deux phénomènes humains sont considérés comme les plus grands héros du Québec puisqu'ils étaient tout simplement incroyables en raison de leur physique imposant et de leur grande force musculaire. À cette époque, ces deux hommes étaient, en quelque sorte, les héros protecteurs et la fierté des Canadiens français. Dans leur chanson respective, Vigneault et Ferland dévoilent leur héros de façon quasiment semblable.

1. Les géants Monferrant et Cyr possèdent une ampleur colossale et une puissance qu'aucune autre personne n'a pu atteindre

2. Les deux prodiges humains, ressentent, malgré leur statut d'homme fort, une véritable fragilité

Extrait du document:

Tout d'abord, les géants Monferrant et Cyr possèdent une ampleur colossale et une puissance dont aucune autre personne n'a pu atteindre. En effet, leur prestance est tellement impressionnante qu'elle franchit, à tout juste, la frontière entre la réalité et la fiction. Par rapport à Jos Monferrant, celui-ci considère le fait de devenir un géant comme une étape impossible à franchir pour tout être humain normal. En fait, être un géant est tout simplement une utopie pour celui-ci car il faut absolument avoir une puissance et un physique hors de la norme. De façon exagérée, Monferrant se décrit comme un être ayant des proportions inégalées comme s'il était le maître du monde et qu'il vivait dans un univers autre que dans celui des humains.

Commentaires