Gouverner en situation coloniale (Afrique, Antilles, Asie, années 1850-années 1950) Dissertation by IceCold

Gouverner en situation coloniale (Afrique, Antilles, Asie, années 1850-années 1950)
Dissertation type CAPES/Agrégation sur le lien entre coercition, hégémonie et gouvernement colonial, ainsi que sa permanence ou son évolution au sein des pays conquis par des puissances impériales dans les années 1850-années 1950.
№ 30675 | 1,755 mots | 0 sources | 2014 | FR
Publié le mai 28, 2014 in Histoire , Relations Internationales , Administration
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

« Jamais la rencontre impériale n'a opposé un Occidental plein d'allant à un indigène passif et hébété », affirme E. Saïd dans son livre Culture et impérialisme (2000). L'historiographie récente portant sur les sociétés coloniales a tendance à remettre en cause l'un des postulats des Subaltern Studies selon lequel la domination du colonisateur sur les colonisés aurait été totale. La grande diversité des sociétés d'Afrique, d'Asie et des Antilles, ainsi que celle de leurs structures politiques préexistantes à l'implantation d'une administration étrangère, nous invite à penser que si la « situation coloniale » (on doit l'expression à G. Balandier) se caractérise par un rapport de force à l'avantage du colonisateur, les modes d'exercice de l'autorité politique de ce dernier dépendent en grande partie du territoire concerné et des avantages qu'il compte en retirer.

1. Les différents types d'emprise administrative sur les colonies
2. Cette emprise s'appuie sur un recours différencié à la force et au droit mais aussi sur des « outils de l'empire » (Headrick, 1981) plus indirects

Extrait du document:

L'idée qui prévaut chez les grandes puissances coloniales jusqu'aux années 1930 est que la colonie ne doit pas constituer une charge économique pour les contribuables métropolitains. En raison de l'absence de cette ressource fiscale possible, l'administration coloniale fait généralement face à un manque de moyens qui a pour conséquence un fonctionnement en sous-effectif : les fonctionnaires de l'administration sont très peu nombreux par rapport au nombre d'administrés indigènes. Le phénomène est d'autant plus marqué dans les colonies d'exploitation, qui connaissent un faible peuplement métropolitain. Ce phénomène de sous-administration suppose une forte visibilité de la présence coloniale. Par exemple, les commandants de cercle français en Afrique effectuent très régulièrement des tournées dans les espaces reculés du territoire, loin des villes coloniales, afin d'affirmer le contrôle français de l'ensemble de la colonie.

Commentaires