Histoire, politique et économie de l'Italie de 1950 à 1970 Dissertation by melink16

Histoire, politique et économie de l'Italie de 1950 à 1970
Dissertation traitant de l'Italie au fil de ses succès et déboires politiques et économiques, de 1950 à 1970.
№ 7777 | 1,440 mots | 0 sources | 2008
Publié le août 21, 2008 in Économie , Histoire , Sciences Politiques
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Si les décennies précédant les années 50 sont celles d’une recherche de stabilité, essentiellement au niveau politique, les vingt années de 1950 à 1969 montrent une véritable dynamique économique qui influence socialement et politiquement la croissance de la jeune nation italienne.
“Il miracolo economico”, est une expression consacrée, utilisée à l’époque pour désigner une période de forte croissance de l’économie. Les Italiens ressentent véritablement cette période comme un miracle, car la situation chaotique au sortir du second conflit guerrier mondial ne laissait pas espérer un tel rebondissement dans la situation du pays. Ces années de miracle économique permettent à l’Italie d’uniformiser son statut national et d’éprouver son potentiel. Si les années 90 sont le théâtre du deus ex machina de la corruption et du “nettoyage” qui s’en suit, c’est bel et bien en raison de ce miracle économique qui a mobilisé la force productive et la confiance populaires, ainsi que des dirigeants, que la politique a été laissée aux politiques pendant ces années.

I – Quels éléments positifs pour une expansion économique?
II – Relations entre phénomènes sociaux et phénomènes économiques
III – Fin du “miracolo economico”, début des “anni di piombo”

Extrait du document:

Le plan Marshall est mis en place dès 48-49 : les américains finançaient les investissements en Italie, et les Italiens réinjectaient les fonds en achetant leurs matières premières aux Américains, ce fonctionnement montre déjà à quel point les Italiens sont des producteurs efficaces. Ce système offrait aussi l’avantage de sortir rapidement de la crise grâce au “parrainage” américain, et le bémol correspondant demeurait : une dépendance vis-à-vis du géant américain

Commentaires