Inégalités et classes sociales Dissertation by mama2006

Inégalités et classes sociales
Dissertation traitant des classes sociales antagonistes qui s'effacent peu à peu en France, et de certains clivages qui n'ont pas disparu pour autant.
№ 3868 | 960 mots | 0 sources | 2007
Publié le févr. 26, 2008 in Sciences Politiques , Sociologie , Questions Sociales
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Une classe sociale, au sens marxiste du terme, se définit par trois caractéristiques : d’une part, c’est un ensemble homogène d’individus ayant les mêmes revenus, types d’emplois, modes de vie…; d’autre part, ces individus ont une conscience de classe, c’est-à-dire le sentiment puissant d’appartenir à un même groupe et d’avoir des intérêts communs; et enfin il y a antagonisme entre les différentes classes, c’est-à-dire que celles-ci ont des rapports conflictuels entre elles, et s’opposent nettement.
Il existe aussi des faits qui se traduisent par un désavantage : les inégalités ainsi que les oppositions, les clivages, dans la société française de nos jours.

I. La société française est en voie d’homogénéisation
A. Les faits
B. La théorie individualiste libérale

II. Mais les clivages (oppositions sociales) n’ont pas disparu
A. Les faits
B. La théorie marxiste de Bourdieu

Extrait du document:

Loin de se réduire, les inégalités sociales ont tendance à s’accentuer depuis vingt ans. En effet, le fossé ne cesse de s’élargir, notamment en matière d’habitat entre la classe la plus riche et la classe la plus pauvre, composée majoritairement de jeunes, d’immigrés et de travailleurs non qualifiés des PCS numéro 5 et 6.
Il y a deux explications à cela : le développement d’un chômage de masse d’une part, qui a touché (et touche) particulièrement la classe défavorisée, réduisant encore ses revenus; et une ségrégation sociale de plus en plus grande, tant sur le plan de l’habitat que sur le plan scolaire, qui sépare désormais très nettement les classes aisées des classes pauvres, ces dernières étant concentrées dans des «ghettos» repérables géographiquement.
On peut remarquer ce chiffre : 21.15%. Il signifie qu’en France, la génération née entre 1959 et 1968 dont le père exerçait une profession libérale, avait 21.15% de chance d’intégrer une grande école, soit plus d’une chance sur cinq.
Le milieu social d’origine, mesuré par la PCS du père, joue un grand rôle quant aux chances d’un individu d’intégrer une grande école (du style Polytechnique ou HEC).

Commentaires