"J'aime les êtres exceptionnels" (Honoré de Balzac) Dissertation by ViolettaLiddell

"J'aime les êtres exceptionnels" (Honoré de Balzac)
Dissertation de français sur la citation de Balzac : "J'aime les êtres exceptionnels" qui parle des personnages de ses romans "Ferragus" et "La Fille aux yeux d'or".
№ 28316 | 855 mots | 0 sources | 2012 | FR
Publié le mai 08, 2012 in Littérature
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Les personnages principaux des œuvres de Balzac sont tous, à leur façon, des êtres anticonformistes et transcendants, que ce soit en bien ou en mal. Lorsqu'il écrit à George Sand : “J'aime les êtres exceptionnels”, Balzac sous-entend clairement qu'il s'inspire de personnes qui se distinguent du commun des mortels, afin de les faire évoluer dans ses intrigues au contexte réaliste. Mais ces êtres, aussi bien dans Ferragus que dans La Fille aux yeux d'or, peuvent s'avérer “exceptionnels” de manière positive, se démarquant par leurs actes et leur apparence, ainsi que de manière négative, se démarquant par leur rang social et leurs traits psychologiques.

1. Tout d'abord, Mme Jules, Ferragus et Paquita sont mis en relief par leurs actions d'éclat
2. Cependant, cette qualité s'exprime aussi à travers une valeur négative
3. Enfin la psychologie des personnages, complexe et dotée de traits excessifs, en fait des êtres d'exception dangereux

Extrait du document:

Quant à Paquita, héroïne de La Fille aux yeux d'or, elle prend d'énormes risques par amour pour Henri, au péril de sa propre vie, en le conviant en cachette à l'hôtel San-Réal : “Si j'obtiens ma grâce, ce sera peut-être à cause de ma discrétion.” Ses qualités humaines si profondes qu'elle “semblait avoir été créée pour l'amour, avec un soin spécial de la nature”, en font un être très à part. Henri de Marsay reconnaît d'ailleurs en Paquita “la plus riche organisation que la nature se fût complu à composer pour l'amour”.
Mais ce sont aussi les apparences physiques des personnages qui leur donnent la qualité d'êtres exceptionnels. Mme Jules, de par sa beauté pure et rayonnante, presque virginale, constitue l'idéal féminin pour Auguste.

Commentaires