"Jacques le Fataliste et son maître" de Diderot Dissertation

"Jacques le Fataliste et son maître" de Diderot
Dissertation de littérature qui montre comment l'ouvrage "Jacques le Fataliste et son maître" invite le lecteur à faire l’expérience de l’incertitude.
№ 6572 | 1,535 mots | 0 sources | 2008
Publié le juin 22, 2008 in Littérature , Philosophie
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Diderot, auteur et philosophe français du XVIIIème siècle, écrit ce roman en 1765 sans cesser de le modifier et de le changer d’année en année jusqu’à sa mort. L’histoire se concentre sur un long voyage à cheval de deux hommes, un maître et son valet, Jacques. Pour tromper l’ennui du trajet, Jacques entreprend de réciter à son maître l’histoire de ses amours. Diderot offre à travers cette œuvre de nombreuses particularités tant au niveau de la construction du récit, tant au niveau de la perception du roman. Ici, il s’agit d’une œuvre qui invite le lecteur à perdre pied du véritable roman et à l’entraîner dans une confusion et une incertitude tant sur le rôle des personnages, du narrateur et du roman que sur la symbolique de l’Homme face au destin que veux amener le récit.

Extrait du document:

Jacques le fataliste et son maître est une œuvre unique et déroutante pour le lecteur. Ses nombreuses particularités contraignent le lecteur à prendre une position particulière sur sa lecture. En effet, dès l’incipit le narrateur abolit l’illusion romanesque avec un dialogue entre sa personne et le lecteur puisqu’il pose une série de questions qui resteront sans réponses et ce jusqu’à la fin du roman où le narrateur, par ailleurs, décide de laisser le choix à son lecteur pour la fin du roman. Ce dialogue direct empêche le lecteur de se laisser prendre par la fiction qu’offre habituellement le roman puisque le narrateur intervient sans cesse et va même déclarer que « celui qui prendrait ce que j’écris pour la vérité peut être moins dans l’erreur que celui qui le prendrait pour une fable » qui explicite le désir du narrateur d’empêcher le lecteur de croire en un roman de fiction.

Commentaires