L'Absurde Dissertation by segolene

L'Absurde
Dissertation qui s'interroge sur le caractère absurde de l'existence.
№ 10784 | 1,780 mots | 0 sources | 2009
Publié le avr. 22, 2009 in Philosophie
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L'absurde apparaît au 19ème avec Schopenhauer, mais la philosophie de l'Absurde à proprement parler est celle d'Albert Camus et de Jean-Paul Sartre. L'absurde, vient du latin «absurdus» qui signifie discordant, le terme «absurdus» est, lui, dérivé du mot latin «surdus» qui signifie sourd. D'une manière générale, le terme «absurde» peut se définir de trois manières différentes selon le domaine auquel il s'applique. Dans son sens le plus courant, en tant qu'adjectif qualificatif, absurde signifie ce qui est contraire au sens commun, ce qui est contraire à la raison ; au sens de la Logique, c'est ce qui comporte une contradiction, ce qu'illustre ce que l'on appelle le raisonnement par l'absurde, qui valide une proposition en montrant que sa négation conduit à une proposition. Enfin, dans son sens philosophique et littéraire, l'Absurde est ce qui n'a pas de sens, ce qui est contraire à la raison, et plus exactement l'absurde correspond ici, à l'absurdité du monde, de la vie, de l'existence comme n'ayant pas de sens, pas de but.
Cette étude montre dans un premier temps, comment l'absurde peut mener au renoncement, puis dans un second temps, comment l'absurde permet une totale liberté et une libre création de soit, et enfin, dans un dernier temps de quelle manière l'absurde peut nous amener à nous révolter contre l'absurdité par l'action et la création, pour notre liberté et notre existence.

Extrait du document:

Pour Schopenhauer, la vie est absurde car elle n'a pas d'autre raison d'être que celle d'un «vouloir-vivre» aveugle et sans but. Le «vouloir-vivre» serait un principe auquel est soumis tout être vivant. Il constitue une force instinctive, irrésistible. Chaque représentant d'une espèce, soumis à cette force, est amené à lutter, non pour se réaliser en tant qu'individus, mais pour servir les intérêts de l'espèce. Cette lutte, pour l'homme, n'apporte que souffrance et désillusion. C'est pourquoi s'inspirant des philosophies bouddhistes, Schopenhauer dit qu'il faut parvenir à renoncer au «vouloir-vivre», je cite «l'attachement à la vie et à ses jouissances ne peut tarder à céder et à faire place à un renoncement général : c'est le moment de la négation du « vouloir-vivre».

Commentaires