L’action culturelle à l’épreuve des mutations territoriales Dissertation by aeren

L’action culturelle à l’épreuve des mutations territoriales
Dissertation sur les missions de la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC), qui montre que pour porter un projet de territoire culturel pertinent, la DRAC doit renouveler ses approches.
№ 3509 | 4,330 mots | 10 sources | 2007
Publié le févr. 17, 2008 in Géographie , Sciences Politiques
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La culture, c'est d'abord la somme des connaissances acquises pour le plaisir de connaître et de reconnaître, par opposition au savoir dit "utile". Toutefois, la culture assume elle-même une fonction utilitaire, mais la dimension du territoire culturel reste floue, l’adéquation entre les principes d’actions et la réalité des pratiques culturelles aussi. La Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) doit trouver sa place entre l’essor de la Région en tant que collectivité territoriale autant que devant l’intérêt remis à jour de l’échelle locale communale.
Les missions de la DRAC paraissent toucher des secteurs multiples et s’inscrivent dans un territoire varié.
Aussi bien urbain que rural, aussi bien dans des régions dynamiques qu’en difficulté, l’action culturelle reste un investissement aux mains des pouvoirs publics. Cependant, qu’en est-il concrètement sur le terrain ? Les DRAC sont-elles encore des organes d’actions pertinentes dans le contexte de multiplicité des acteurs autour de la culture ?


A. La Région est-elle une unité pertinente pour les questions culturelles ?
1. L’essor de l’échelle Régionale
2. Existe-t-il une Culture régionale ?
3. L’échelle de l’intercommunalité dans les affaires culturelles

B. Les limites des Directions régionales des Affaires culturelles
1. La multiplicité des acteurs et des besoins culturels
2. Les affaires culturelles dans la grande ville : la surenchère municipale
3. Le rôle essentiellement administratif des DRAC

C. La culture et l’Etat, les limites de l’interventionnisme
1. La pertinence des politiques nationales d’envergure en matière de Culture
2. L’importance des acteurs non publics dans la diffusion du savoir
3. Les nouvelles missions de la DRAC sur un territoire nouveau

Extrait du document:

Néanmoins, devant la diversité des cultures à l’intérieur des Régions, cette échelle territoriale n’est-elle pas un assemblage pastiche ? Les territoires culturels de fait, au-delà du cadre institutionnel sont multiples : en effet chaque territoire reste localement façonné par des histoires et des traditions qui, en particulier en matière de culture, vont avoir une importance majeure. La protection des patrimoines historiques locaux, la mise en valeur des savoir-faire, sont partie intégrante de l’action des DRAC. Leur échelle régionale permet-elle d’appréhender la particularité de chaque entité afin d’en faire ressortir les besoins ?
Au-delà de l’application des mesures de l’Etat en matière de culture, la DRAC cherche aussi à favoriser les partenariats culturels et l’émergence de lieux de proximité pour la culture auprès des citoyens : ces deux dimensions sont difficiles à gérer à l’échelle régionale. Elles comprennent des spécificités locales qui vont jouer un rôle déterminant, car les potentiels artistiques sont très souvent issus des cultures populaires locales (musique populaire, savoir-faire local, musée historique local, festival).

Commentaires