L'Armée, pilier de la République (1872-1914) Dissertation by L

L'Armée, pilier de la République (1872-1914)
Dissertation qui porte sur L'armée comme institution fondamentale sous la troisième république en France, inséparable des évolutions du régime.
№ 13962 | 3,500 mots | 0 sources | 2010
Publié le mars 08, 2010 in Histoire
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Au lendemain de la défaite dans la guerre qui l'a opposée à la Prusse et contrainte de signer le traité de Francfort le 10 mai 1871, la France veut à tout prix être prête militairement au cas où un nouveau conflit se dessinerait; en outre, la Commune, vécu par beaucoup comme une guerre civile, a marqué les esprits attachés à l'ordre et la sécurité. Avec la loi militaire du 27 juillet 1872, la République encore incertaine réorganise l'armée en bouleversant ses structures selon une volonté d'affirmer la grandeur nationale. D''une armée de 100000 soldats en 1871, en quarante ans, les effectifs vont passer de 500000 hommes lors de la première conscription à plus de 3,5 millions rassemblés à la veille du premier conflit mondial où la France montre qu'elle a su bâtir une puissance militaire au moins équivalente à celle de l'Allemagne, alors que durant la même période, la République s'est définitivement imposée.

I - L'institution militaire, nécessaire intermédiaire à l'affirmation
de la République nouvelle
II - Entre accompagnement et rupture, une institution symbolisant
les évolutions de la République

Extrait du document:

Au-delà de l'idéal universaliste et d'égalité qui caractérise le régime de la IIIème République, l'armée devient aussi le réceptacle d'un sentiment national reposant sur le mythe de la revanche face à la Prusse, alors que la France a perdu l'Alsace et une partie de la Lorraine. L'armée porte donc là encore l'idée de l'unité du pays vaincu autour du culte du soldat placé au-dessus des luttes de faction. La République est consciente qu'elle peut s'appuyer sur ses officiers, car si l'armée des années 1880 ne comprend que peu de républicains revendiqués, le conservatisme dominants est contrebalancé par une volonté d'apolitisme, alors que dès 1872 le principe d'exclusion des militaires de la vie publique a été affirmé, et de loyauté à l'égard du pouvoir d'État, celui-ci étant conçu comme le moyen d'existence de la patrie.

Commentaires