L'art du mal Dissertation

L'art du mal
Dissertation se demandant si l'art du mal implique une totale maîtrise de l'homme sur le mal et si la liberté que peut conférer l'art du mal, n'est pas avant tout une certaine forme de beauté.
№ 25712 | 1,540 mots | 3 sources | 2011 | FR
Publié le août 03, 2011 in Littérature , Philosophie , Littérature Etrangère
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Parler d'un art du mal implique que l'on considère le mal comme un écart par rapport à la nature, voire comme un ensemble de règles et de techniques dont il est possible de faire l'acquisition. Nous verrons en effet que, chez Giono, Shakespeare ou Rousseau, le mal est toujours en partie liée à l'artifice. Reste à savoir si le fait de maîtriser l'art du mal s'accompagne d'une véritable maîtrise, ou au contraire d'une servitude accrue. Il se pourrait en effet que la seule maîtrise procurée par l'art du mal soit de nature esthétique.

I. Le Mal artificiel
II. L'art du mal : maîtrise ou servitude ?
III. Du mal considéré comme un des beaux-arts

Extrait du document:

La dissimulation : Macbeth, par exemple, est une personnalité double capable de masquer ses émotions ou ses passions pour tromper son monde : « dupons notre monde par un masque rieur ; la fausseté de cœur veut un masque trompeur » (I, 7). Pour venir en aide à son mari, Lady Macbeth feint l'évanouissement (II, 3). Thérèse se donne pour objectif de « faire une déclaration d'amour à ce que tu détestes ».

Commentaires